Éric Zemmour sera jugé en mai 2023 suite aux propos qu’il a tenu en 2019 sur le « mouvement féministe » et le « mouvement LGBT »

© Cédric Perrin/Bestimage | 00422298

Les faits remontent au 15 octobre 2019, quand le candidat nationaliste à l’élection présidentielle Éric Zemmour avait annoncé sur CNews : « La rencontre du mouvement féministe et du mouvement LGBT fait qu’avec la force des mythes de ces minorités, avec leurs relations dans les médias, dans la justice, au sein de l’appareil d’État, ils ont asservi l’appareil d’État à leur idéologie et donc à leurs caprices ».

« On a des caprices d’une petite minorité qui tient la main sur l’État et qui l’asservit à son profit et qui va d’abord désagréger la société parce qu’on va avoir des enfants sans père et je viens de vous dire que c’est une catastrophe et deuxièmement qui va faire payer ses caprices par tous les autres Français », avait-il également affirmé.

Il sera jugé à Paris avec le directeur général de CNews, Serge Nedjar, pour usage en droit de la presse pour les directeurs de publication. Lors de son procès en novembre, le parquet a exigé une amende de 10.000 euros et une possibilité d’emprisonnement en cas de non-paiement.

Source : Le Figaro

 

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires