Ukraine: Résumé de la journée du 19 juin sur la guerre en cours

D’après les informations rapportées par les autorités de Kiev, l’Ukraine a réussi à reprendre le contrôle d’une localité qui était sous l’emprise des forces russes. Cette libération représente la huitième du genre en l’espace de deux semaines, selon les déclarations du ministère de la Défense ukrainien, faites lundi.

Nouvelles de la contre-attaque : L’armée ukrainienne a repris le contrôle du village de Pyatykhatky, situé sur le front sud du conflit avec les forces russes, selon le ministère de la Défense ukrainien, lundi 19 juin.

Le village de Pyatykhatky revient sous contrôle ukrainien, d’après Kiev

D’après le ministère de la Défense ukrainien, l’armée du pays a repris le village de Pyatykhatky, situé au sud du front dans le conflit avec les forces russes. Ganna Maliar, vice-ministre de la Défense, a déclaré sur les réseaux sociaux que depuis le début de la contre-offensive, « huit localités ont été libérées » en deux semaines, avec 113 km2 de territoire repris. Selon elle, les troupes ukrainiennes « ont avancé jusqu’à sept kilomètres en profondeur » des positions russes dans le sud.

Un système de défense sol-air franco-italien livré à Kiev

Un système de défense sol-air de moyenne portée SAMP/T, fabriqué en France et en Italie, a été livré en Ukraine et est désormais opérationnel, a annoncé Emmanuel Macron, quatre mois après l’avoir promis à Kiev. Le président français a déclaré dans un discours à Paris sur la défense aérienne et antimissile de l’Europe que le système « protège des installations clés et des vies » en Ukraine.

L’Ukraine accuse la Hongrie de bloquer l’accès à ses prisonniers de guerre

Kiev accuse Budapest de bloquer l’accès à un groupe de prisonniers de guerre ukrainiens transférés en Hongrie depuis la Russie, via l’intermédiaire de l’Église orthodoxe russe et à l’insu des autorités ukrainiennes. Le porte-parole de la diplomatie ukrainienne, Oleg Nikolenko, a déclaré sur Facebook que « toutes les tentatives de diplomates ukrainiens ces derniers jours d’établir un contact direct avec ces citoyens ukrainiens se sont révélées sans succès ». Selon lui, ces 11 Ukrainiens, transférés en Hongrie le 8 juin, « sont de facto placés en isolement, ils n’ont pas d’accès aux sources d’information ouvertes, leur communication avec les proches se déroule en présence de tierces personnes ». Le groupe de prisonniers est originaire de Transcarpatie, une région située à l’ouest de l’Ukraine où vit une importante communauté hongroise.

Des blessés dans des frappes en Russie

Sept personnes, dont un enfant, ont été blessées lors de frappes ukrainiennes ciblant la région de Belgorod, à la frontière avec l’Ukraine, selon le gouverneur régional, Viatcheslav Gladkov. Les frappes ont visé plusieurs immeubles résidentiels dans le district de Valouïsk. Des frappes ukrainiennes ont également touché deux villages de la région de Koursk, frontalière de l’Ukraine, d’après le gouverneur local Roman Starovoït.

L’ONU accuse Moscou de bloquer l’aide humanitaire

La coordinatrice humanitaire des Nations unies en Ukraine, Denise Brown, reproche à la Russie de bloquer l’acheminement de l’aide aux victimes de la destruction du barrage de Kakhovka, dans les zones contrôlées par Moscou dans le sud du pays. « Nous exhortons les autorités russes à agir conformément à leurs obligations en vertu du droit international humanitaire », écrit-elle dans un communiqué.

La Norvège va consacrer plus de 20 millions d’euros à la sûreté nucléaire en Ukraine

La Norvège a annoncé qu’elle consacrera 250 millions de couronnes (environ 21,5 millions d’euros) à la sûreté nucléaire en Ukraine, en raison des craintes autour de la centrale de Zaporijia après la destruction d’un barrage. « La guerre illégale initiée par la Russie pose une menace à la sûreté et à la sécurité nucléaires en Ukraine », a souligné le ministère norvégien des Affaires étrangères dans un communiqué. L’aide sera répartie entre une contribution de 100 millions de couronnes à l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) pour permettre à ses experts de maintenir leur présence sur plusieurs sites nucléaires en Ukraine, dont Tchernobyl et Zaporijia, et une enveloppe de 150 millions pour renforcer la sûreté des installations.