Ukraine: États-Unis refusent soutien pour attaques sur territoire russe après incident drone

Le 30 mai, un assaut de drones sans précédent a ciblé la ville de Moscou, la capitale russe, touchant des bâtiments sans causer de pertes humaines. Les États-Unis ont répondu en déclarant qu’ils ne cautionnent pas les attaques sur le territoire russe, selon les informations fournies par le journaliste Loïc de la Mornais, qui est correspondant à Washington.

Le mardi 30 mai, une attaque de drones inédite a ciblé la ville de Moscou (Russie). Des bâtiments ont été touchés, mais il n’y a pas eu de victimes. « Après cette attaque de drones à Moscou, les États-Unis ont réagi avec retenue, voire une certaine gêne. Mardi, un porte-parole du Conseil national de sécurité, dépendant de la Maison Blanche, a indiqué que, en général, les États-Unis n’approuvent pas toute attaque en territoire russe, mais en même temps, l’Ukraine et la ville de Kiev ont été victimes de leur 17ième attaque aérienne depuis le début du mois, et que donc, entre les lignes, l’Ukraine avait le droit de se défendre », explique le journaliste Loïc de la Mornais, correspondant à Washington (États-Unis).

Une position délicate pour les Américains

« Pour les États-Unis, la position est très délicate : soutenir militairement l’Ukraine, oui, mais provoquer une escalade incontrôlable avec la Russie, non. Alors, actuellement, les services de renseignement américains étudient ce qui s’est passé lors de cette attaque de drones. L’Ukraine et le président Volodymyr Zelensky nient en être à l’origine », ajoute Loïc de la Mornais. Le journaliste suggère que cette attaque sur Moscou pourrait être « l’action de rebelles autonomes, tels que les Russes pro-ukrainiens qui ont attaqué la région russe de Belgorod il y a quelques jours ».