in

France : Jean Tirole et une équipe d’économistes ont un concept réformiste du marché du travail.

La réforme du licenciement, selon Tirole et son équipe En cas de licenciement économique, le juge ne devrait plus avoir à regarder de près la situation économique de l’entreprise, mais seulement vérifier si une réorganisation est engagée. En effet, une entreprise ne doit pas licencier uniquement pour la sauvegarde de son compétitivité, mais aussi pour son amélioration. Selon cette équipe d’économistes, dans l’expression « cause réelle et sérieuse », le mot « sérieuse » doit être supprimé du code du travail, car cette affirmation est « source d’innombrables contentieux ». De plus, l’obligation de reclassement devrait être du ressort du service public de l’emploi, et non de celui de l’entreprise. En ce qui concerne l’assurance-chômage, les économistes citent « la modulation des cotisations des entreprises ». En clair, on appliquerait le système du bonus-malus en récompensant les demandeurs d’emplois, qui font tout pour retrouver du travail . Quant au coût du travail, ils suggèrent de focaliser les aides existantes autour du SMIC, car ce type de salaire minimal est un facteur efficace de création d’emplois. Jean Tirole évoque le cas de l’Allemagne et de la Suède, où le marché du travail est plus flexible, et souhaite qu’on le prenne comme modèle, pour lutter contre le chômage de masse, lié à une organisation du travail rigide et inadaptée en France.]]>

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments