TotalEnergies se retire de la Birmanie à cause de la dégradation de la situation après le coup d’État

Ce retrait en tant que partenaire et opérateur du champ de gaz de Yadana est annoncé, vendredi, dans un communiqué puisque la situation actuelle ne permet pas au groupe français « d’apporter une contribution positive suffisante dans ce pays ».

« Le contexte qui ne cesse de se dégrader (en Birmanie), en matière de droits humains et plus généralement d’État de droit, depuis le coup d’État de février 2021, nous a conduits à réévaluer la situation et ne permet plus à TotalEnergies d’apporter une contribution positive suffisante dans ce pays », selon le communiqué.

Le processus de retrait « prévu aux contrats du champ de Yadana et de la société de transport MGTC en Birmanie » est déjà initié « sans aucune contrepartie financière pour TotalEnergies ». Il y aura un préavis de six mois et les intérêts du groupe seront répartis entre les partenaires actuels « sauf refus de leur part » et les opérations, quant à elles, seront reprises par l’un d’eux.

Les autres partenaires de Yadana à part TotalEnergies (31,24 %) sont les Américains Unocal-Chevron (28,26 %), de PTTEP (25,5 %), filiale de la société nationale d’énergie thaïlandaise, et de la société d’État birmane MOGE (15 %).

Patrick Pouyanné, le PDG du groupe soutient « la mise en œuvre de sanctions ciblées » dont l’ONG Human Rights Watch avait encore demandé aux États-Unis et l’Union européenne d’ « imposer des mesures indispensables pour cibler les fonds qui financent le régime abusif de la junte ».

Source : France 24

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires