in ,

Tensions entre Paris et la junte sur le recrutement de mercenaires russes au Mali

Crédit photo : Thomas Samson / AFP

Bamako est accusé de vouloir recruter des mercenaires de la société paramilitaire russe Wagner et se dit être le seul à « décider quels partenaires il peut solliciter ou pas ».

Ce lundi 20 septembre, la ministre française des Armées, Florence Parly est attendue au Mali pour rencontrer son homologue pour ces tensions. « Mon objectif est de parvenir à clarifier la position des autorités maliennes et de réitérer des messages ». « On ne va pas pouvoir cohabiter avec des mercenaires ».

Les troupes françaises sont présentes au Mali depuis huit ans pour combattre les jihadistes au Sahel et selon le chef de la diplomatie française, Jean-Yves La Drian, un recours à Wagner serait « incompatible » avec le maintien des troupes au Mali. Aussi la société privée russe appartient à un homme d’affaire proche du Kremlin, Evguéni Prigojine, accusée d’exactions et de pillage des ressources minières et douanières en Centrafrique en 2018.

Mais le gouvernement, par le Premier ministre, Choguel Kokalla Maïga, a affirmé qu’il ne laisserait « aucun État de faire des choix à sa place et encore moins de décider quels partenaires il peut solliciter ou pas ». « Il y des partenaires qui ont décidé de quitter le Mali pour se replier sur d’autres pays, il y a des zones qui sont abandonnées ».

Paris s’inquiète aussi puisque « les dirigeants maliens veulent probablement prolonger la transition en dépit des engagements pris auprès de la Cédéao (Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest) ».

Source : France 24

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires