in

Un virus capable de protéger de la maladie de Parkinson

« Pour mimer la maladie de Parkinson nous injectons un agent toxique qui provoque un stress mitochondrial sévère, entraînant la dégénérescence des neurones en trois quatre jours. Or, en administrant le PX3 en même temps, pratiquement la moitié des neurones sont épargnés. Ces résultats ouvrent donc la voie à des nouvelles approches thérapeutiques dans le traitement des maladies neurodégénératives, ciblées sur la protection des mitochondries », conclut Marion Szelechowski, chercheuse au Centre de physiopathologie de Toulouse-Purpan et auteur principale de ces travaux.

]]>

0 0 voter
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments