in

Sénégal : une bagarre éclate dans un village après les prêches anti-chrétiens 

A Diohine, un village situé dans la sous-préfecture de Tattaguine, à 140 km de Dakar, la parade d’un marabout local s’est terminée en bagarre entre les disciples de ce dernier et plusieurs jeunes, comme en témoignent deux vidéos tournées le 12 avril et publiées ensuite sur Twitter. Le guide religieux qui s’est installé récemment dans ce village à majorité chrétienne, est accusé de saper la bonne cohabitation qui existe entre les différentes communautés religieuses, à travers des prêches incendiaires et son exubérance.

Dans une première vidéo qui a été vue plus de 59 000 fois, on voit le marabout Serigne Bara Sene, debout sur le toit d’une voiture de type limousine, dans un cortège de plusieurs voitures, escorté par une dizaine de personnes.

Mais la parade s’est terminée dans de vives tensions, avec jets de pierre entre les disciples du marabout et plusieurs jeunes du village, comme on peut le voir dans une seconde vidéo également postée sur Twitter.

Les scènes se sont déroulées dans l’après-midi du lundi 12 avril. Mais les tensions entre les jeunes étaient palpables déjà la veille, alors que le marabout prêchait sur la place publique du village.

“Village de Diohine où la communauté catholique, l’église ainsi que les prêtres sont menacés par un marabout et ses talibés venus s’y implanter dans le but d’islamiser tous les habitants…” affirme ainsi la légende qui accompagne les deux vidéos. Plusieurs internautes l’accusent de vouloir convertir tout le village à l’islam.

Un proche du chef de village de Diohine, Édouard Diène, explique :

Tout a commencé dimanche soir [11 avril]. Le marabout Serigne Bara Sène donnait des enseignements sur la place publique du village. Mais à côté, il y avait d’autres jeunes aussi sur cette même place publique qui discutaient et buvaient comme d’habitude. Et tout d’un coup, le marabout a demandé à ses disciples de les attaquer. Il y a eu un premier affrontement ce soir-là.

Le lendemain, le marabout a porté plainte au poste de gendarmerie de Fatick, le chef-lieu de la région pour faire arrêter les jeunes. Et c’est au retour du commissariat qu’il a fait cette procession où on le voit sur une voiture. Il jubilait, affirmant avoir fait arrêter les jeunes. Ce qui est faux. Ils ont juste été écoutés par les gendarmes et ont été relâchés.

Arrivé devant la demeure du chef village, une bagarre rangée a éclaté entre ses disciples et d’autres jeunes du village. Le comportement du marabout avait exacerbé la tension.

C’est un problème très ancien. Mais ce n’est pas une question de guerre entre les religions. Parce qu’à Diohine, il y a des chrétiens, des musulmans et même des animistes. Et nous vivons dans une parfaite harmonie.

Mais depuis que ce marabout s’est installé dans le village, il y a environ quatre mois, il insulte les populations lors de ses prêches publics. Il se vante de sa richesse et de ses nombreuses femmes.

À chaque fois qu’il doit sortir du village, c’est toujours avec un cortège d’au moins dix voitures avec gyrophare. Des fois, même tôt le matin à 3 h, il tient des propos incendiaires. Il dit qu’il va convertir tout le village à l’islam tant qu’il sera là pour réduire l’église à néant. Il sème un peu le trouble.

Au Sénégal, pays majoritairement musulman, les marabouts sont des guides religieux de l’islam très respectés. Regroupés en confréries, ils ont une influence certaine. “Au Sénégal, la cohabitation entre les religions se passe très bien. Et c’est d’ailleurs la première fois que j’entends parler d’un marabout dont la présence dérange”, explique l’abbé Jacques Seck, fervent défenseur du dialogue interreligieux au Sénégal.

Selon plusieurs médias, le village semble avoir retrouvé à nouveau son calme. Grâce à une médiation des autorités locales et de la gendarmerie de Fatick, dont dépend Diohine, le marabout Serigne Bara Sène a présenté, jeudi 15 avril, ses excuses aux populations du village, surtout aux chrétiens qui se sont sentis offensés par ses agissements. “Les abbés et chrétiens du village de Diohine et moi ne formons qu’une seule et même communauté. Je prie Dieu qu’il éloigne Satan de nos relations. Je présente mes excuses à tout le monde” a-t-il déclaré, selon le média en ligne PressAfrik.

“À cet instant, le calme est revenu au niveau du village mais nous, en tant qu’autorités, nous allons continuer le dialogue entre les deux parties à travers le comité villageois pour que le calme s’installe définitivement”, a déclaré Aliou Wade, le sous-préfet de Tattaguine, au cours d’un point de presse.

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments