Selena Gomez : les réseaux sociaux manquent de mesures pour la pénalisation des fake news

© Jose Perez/InStar/Cover Images

Depuis des mois, Selena Gomez s’est engagée pour que les réseaux sociaux comme Facebook, Instagram ou Twitter prennent des mesures pour pénaliser les fake news. L’artiste a renouvelé son appel en republiant une série de messages qu’elle avait déjà posté, en décembre dernier.

« La désinformation coûte et va coûter des vies », a-t-elle dit dans sa publication de décembre, elle a laissé entendre que l’action de Facebook pour mettre fin aux fake news n’est pas suffisante. Cette fois, elle n’a pas hésité à mentionner le Président des Etats-Unis Joe Biden, ainsi que le Procureur Général, qui ont également appelé les réseaux sociaux à faire le ménage. Elle s’est demandé : « Alors pourquoi refusent-ils toujours d’agir ».

Dans son premier post, la star a relayé une information du Center for Countering Digital Hate, luttant contre les fake news. Une étude de ce centre a mis à jour que seulement 12 personnes sont derrière les deux tiers des fake news qui se retrouvent relayées des centaines de milliers de fois.

Dans un communiqué relayé par New York Times, la déclaration de Facebook est simple : « La suggestion selon laquelle nous n’avons pas consacré de ressources à la lutte contre la désinformation sur le Covid et au soutien du déploiement du vaccin n’est tout simplement pas étayée par les faits ».

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments