in

Profanation d'églises: les Femens sont attendues au tribunal

“Pope no more!” (plus de Pape!) en faisant tinter les cloches avec des bâtons en bois. [gallery columns="2" type="slideshow" ids="1813,1812,1811,1810,1809"] On peut voir sur leurs torses nus les inscriptions :” No Homophobe”, “Bye bye Benoît” ou “Crise de la foi”. Elles sont donc accusées de dégradation sur un lieu de culte, motif de condamnation abrogé depuis 2008, comme le souligne leur avocat, Me Ghanassia. “On ne rapporte aucunement la preuve de ces dégradations ou que ce soit elles qui aient commis ces dégradations”, ajoute-t-il, “on leur reproche d’être entrées dans une église faire une action politique”. A supposé même qu’il s’agisse de blasphème, celui-ci n’est pas pénalement répréhensible, a encore souligné Me Ghnassia.]]>

0 0 voter
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments