in ,

Pakistan: le sort de l’ambassadeur français entre les mains des Parlements

Après une violente campagne anti-France menée par le parti islamiste radical TPL, le gouvernement pakistanais a décidé que le sort de l’ambassadeur de France sera présenté par l’Assemblée nationale.
Sous la menace de cette violente campagne, le gouvernement demande une vote au Parlement pour décider d’expulser ou non Marc Barety.
Le parti TPL a accepté, selon le ministre d’intérieur, d’annuler les manifestations dans tout le pays. Certains responsables du parti ont pourtant assuré que la marche prévue sur Islamabad à partir de mardi minuit aurait bien lieu à moins que le diplomate français ne soit expulsé d’ici là.
Les motions sur des questions sensibles relatives à la foi musulmane sont souvent adoptées à l’unanimité au Parlement. Elle n’est pas toutefois contraignante et il revient au gouvernement de décider de l’appliquer ou non.
Le TPL est à l’origine d’une campagne anti-France depuis que Macron a défendu le droit à la caricature.
Les manifestations ont ensuite dégénéré en affrontements meurtriers avec la police depuis une semaine dans tout le pays. Plusieurs policiers ont été tues, d’autres détenus en otage par des militants du TPL. Le parti affirme que plusieurs de ses partisans ont été tués et plusieurs blessés.
Le gouvernement a annoncé que le TPL serait désormais interdit, et le qualifie de groupe terroriste, arrêtent des milliers d manifestants durant les heurts.
L’Islam dans son interprétation stricte interdit toute représentation de Mahomet et la question du blasphème est particulièrement sensible. D’où la politique d’apaisement du Premier ministre pakistanais, Imran Khan, à l’égard du TPL est risquée. Cela encouragerait ce parti à recourir à la violence dans le but politique.

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments