La nouvelle stratégie spatiale française présentée par Bruno Le Maire se « détourne » de la recherche scientifique au profit de la seule dimension industrielle, redoute une soixantaine de chercheurs de l’Académie des sciences

Pixabay image

« Ce projet ne pourra réussir dans la durée si l’État se détourne de la recherche spatiale sous prétexte de favoriser l’innovation industrielle », puisque cette vision « semble opposer recherche scientifique spatiale et nouvelles applications commerciales de l’espace » ; une stratégie qui est soutenue par 1,5 milliards d’euros du plan d’investissements « France 2030 ».

Bruno Le Maire avait annoncé vouloir « remettre un peu de compétition dans le monde de l’espace » et de développer un lanceur réutilisable européen afin de « rattraper le retard » face à l’Américain Space X, et de faire plus place aux petites entreprises et start-up.

Selon les scientifiques du CNES (l’agence spatiale française), depuis que le secteur spatial français est passé, à l’été 2020, du ministère de la Recherche au ministère de l’Économie, tous les projets envisagés pour les quatre prochaines années pourraient « être brutalement annulés » ; c’est pourquoi ils demandent une part du volet spatial du plan de relance « ouverte à des projets de recherche scientifique ».

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires