Un journaliste français tué dans l’est de l’Ukraine lors d’un reportage

©Pixabay

Dans une zone particulièrement dangereuse dans l’est du pays, un journaliste indépendant, travaillant pour la chaîne de télévision BFMTV a été tué lundi 30 mai.

Il s’agit de Frédéric Leclerc-Imhoff (32 ans). Il se trouvait dans un convoi qui s’apprêtait à évacuer dix personnes quand, d’après le chef de l’administration militaire de la région de Louhansk, Serhiy Haidaï, le jeune journaliste a été visé par l’artillerie russe. Un éclat d’obus aurait traversé le pare-brise blindé du camion et touché le reporter au cou. Le président Emmanuel Macron a écrit sur Twitter pour lui rendre hommage : « Journaliste, Frédéric Leclerc-Imhoff était en Ukraine pour montrer la réalité de la guerre. A bord d’un bus humanitaire, aux côtés de civils contraints de fuir pour échapper aux bombes russes, il a été mortellement touché », affirmant le « soutien inconditionnel de la France » à « ceux qui assurent sur les théâtres d’opérations la difficile mission d’informer ». 

Le secrétaire général de Reporters sans frontières (RSF), Christophe Deloire, a indiqué sur Twitter : « Selon nos informations, le journaliste a été tué sur la route entre Lyssytchansk et Bakhmout, dans l’oblast de Louhansk. (…) L’armée russe aurait tiré sur le véhicule d’évacuation où se trouvait le journaliste et le tir a percé le blindage, notre confrère a été touché au cou ».

BFMTV a confirmé le décès de son journaliste sur son antenne, précisant que le journaliste Maxime Brandstaetter, qui accompagnait le Journaliste Reporter d’Images sur ce reportage, a été « légèrement blessé ».

Source : France 24

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires