Mayotte : inquiétude face à la destruction des bidonvilles, relogement et expulsion

Les quartiers défavorisés de Mayotte ont entamé leur processus de démolition. Recherche de nouveaux logements, éviction… la conjoncture est particulièrement délicate, notamment pour les résidents concernés.

La démolition des bidonvilles ne vise pas uniquement à lutter contre la criminalité et l’immigration illégale. Le préfet de Mayotte qualifie ces lieux d’habitats insalubres. « N’oublions pas qu’en vivant dans des conditions d’insalubrité, on met en péril notre santé. Il est important d’offrir aux Français et aux étrangers en situation légale résidant dans de telles conditions un logement approprié », précise-t-il. Pour l’instant, seulement 46 familles sur la totalité ont été relogées.

Le mécontentement des relogés

Certaines personnes relogées ne sont pas satisfaites de leur nouvelle situation, estimant que leur nouveau logement est trop éloigné de leur travail ou de l’école de leurs enfants. Un habitant se retrouve dans un domicile d’une seule pièce, dépourvu de meubles et d’équipements. « C’est complètement vide ici ! Où est-ce que moi, ma femme et mes enfants sommes censés dormir ? Je dis la vérité », s’exclame-t-il, désespéré. Les relogements ne concernent que les personnes en situation régulière, tandis que celles en situation irrégulière doivent être expulsées.