in , ,

Madagascar : Traitement anti-covid, concurrence entre CVO+ et ED1

On fait la queue pour avoir la solution ED1.

En attendant les vaccins, deux remèdes issus de la médecine et pharmacopée traditionnelles malgaches sont à la rescousse sur le marché du traitement du coronavirus.

Ils ont la particularité d’être le produit de la recherche sur la flore malgache, particulièrement les plantes, à des fins médicinales : le CVO+ et l’ED1. L’un bénéficie du soutien de l’Etat, tandis que l’autre est plébiscité par une clientèle déjà acquise. L’Etat a fait la promotion du CVO+ depuis la première vague de la pandémie et vante les vertus de ce produit à base d’artemisia. Ce remède, développé sous forme de gélule, est composé entre autres, d’artémisinine et de ravintsara, a affirmé la présidence de la République. « Ce sont des plantes aux vertus thérapeutiques que l’on retrouve en grande quantité à Madagascar », assure-t-on. L’Etat a donc mobilisé toute la machine administrative pour faire la promotion de ce produit local. Il a été introduit dans le protocole officiel de traitement de la Covid-19, au même rang que les médicaments spécialisés produits par les industries pharmaceutiques étrangères.

Préventif. Et les autorités se montrent généreuses en termes d’information quand il s’agit de vanter le CVO+. « La formulation de la gélule CVO+ a suivi les normes et protocoles sanitaires internationaux en vigueur », a affirmé la présidence de la République en octobre 2020 dans le cadre du lancement de la formule produite par la société Pharmalagasy. « En plus du renforcement des défenses immunitaires et le traitement préventif des infections virales, la gélule CVO+ est aussi un médicament qui pourra être utilisé dans le traitement de la bilharziose, de la dengue, de la diarrhée ainsi que des douleurs menstruelles », rassure-t-on. La gélule CVO+ est donc utilisée actuellement par les malades de la pandémie. Et l’Etat a déjà annoncé qu’une descente sera effectuée par des responsables au niveau de la direction des affaires sociales de la présidence de la République et des agents du ministère de la Santé publique au niveau des centres de santé de base, afin de veiller contre tout détournement de médicaments mais aussi pour suivre l’application de ce protocole au niveau des malades du Coronavirus.

Remède traditionnel. Le marché a également découvert l’autre prouesse de la pharmacopée malgache, la formule présentée sous l’enseigne « ED1 ». Il s’agit d’un « remède traditionnel amélioré », lit-on sur le petit récipient qui se vend comme des petits pains depuis presque un mois. Et, faute d’une représentation officielle, la marque se vend sur le réseau social Facebook, après la brève promotion offerte sur les plateaux de télévision du docteur Edmond Rakotomalala, son père fondateur. En quelques semaines seulement, les ventes de ce produit ont été boostées après les témoignages de plusieurs personnes sur Facebook. Le développement de cette marque, qui continue son chemin vers un succès commercial exceptionnel, est accompagné par une euphorie de la clientèle, qui n’a cessé de vanter ses vertus face à la menace que représente la Covid-19.

Rareté. Mais l’Etat, qui observe avec attention le succès du remède, demande à son producteur d’entrer sur le circuit formel de production. Le ministère de la Santé publique a déjà fait un clin d’œil à Edmond Rakotomalala, lui suggérant d’entamer les formalités administratives nécessaires et indispensables pour protéger la marque. Cette démarche du ministère a pourtant été mal perçue par la clientèle de l’ED1 qui a dû se replier et se retirer de la place publique. Depuis, Edmond Rakotomalala devient très discret. Mais la réaction de ce natif de la région Amoron’i Mania n’a pas suffi à faire reculer la clientèle qui s’est montrée prête à tout pour se procurer la potion. Le circuit clandestin s’est vite développé, en quelques jours, et la rareté du produit a fait grimper les prix. La queue est toujours au rendez-vous devant les points de vente de l’ED1.

4 1 voter
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments