La délicate équation du gouvernement pour protéger les loups tout en soutenant l’élevage

En France, l’accroissement de la population de loups suscite des réactions contrastées. D’un côté, c’est une victoire pour la biodiversité, qui voit ainsi son équilibre renforcé. D’un autre côté, cette situation engendre des inquiétudes croissantes pour les éleveurs, qui voient leurs troupeaux régulièrement attaqués. Face à cette problématique, le gouvernement a pris la décision de réunir mercredi matin les parlementaires de la majorité afin de discuter et trouver des solutions adéquates. Cette initiative, annoncée lors d’un brief, témoigne de la volonté du gouvernement de faire face à cette situation délicate et de répondre aux préoccupations légitimes des éleveurs.

Le nouveau plan loups sera présenté lundi prochain par la préfète en charge du dossier mais une trentaine de parlementaires de la majorité présidentielle, remontés contre le canidé, ont rendez-vous mercredi 13 septembre au ministère de l’Agriculture.

Protéger à la fois l’espèce et l’agriculture

Qui dit loup, dit attaques de troupeaux. Ces dernières années, plus de 12 500 brebis ont été tuées par des loups. Les loups gagnent du terrain : ils sont présents dans 55 départements, et sont arrivés dans la Sarthe depuis quelques jours. Des moutons, et même des vaches, sont ciblés quasiment toutes les nuits par des meutes quelque part en France. Une situation qui provoque détresse et colère des agriculteurs, et met les élus sous pression.

Toute la difficulté du futur plan loups sera de protéger à la fois l’espèce et l’agriculture. Les arbitrages sont toujours en cours. D’un côté le ministère de l’Écologie se réjouit que le nombre de loups augmente, preuve que la protection de l’espèce fait ses preuves. De l’autre, le ministère de l’Agriculture juge la situation intenable, avec des éleveurs exaspérés, qui ne dorment pas de la nuit pour surveiller leur troupeau. Une première version du plan, jugée trop pro-loup, a été jetée à la poubelle au début de l’été. Le nombre de tirs autorisés contre les loups va augmenter, en proportion de la hausse de la population: 209 loups peuvent théoriquement être abattus cette année. Rien ne dit que ce sera suffisant pour calmer la colère agricole: la FNSEA réclame une limitation drastique à 500 loups en France.

« L’honneur d’avoir un ministre »

Olivier Véran ira à Beaucaire, dans le Gard, vendredi 15 septembre, à la veille des universités de rentrée du Rassemblement national qui se dérouleront également dans la ville. Cette commune est dirigée par le RN depuis 2014. Le porte-parole du gouvernement ira échanger avec des habitants dans le cadre de la Journée mondiale de la démocratie. « Venir la veille d’un meeting de Marine Le Pen, c’est original mais bienvenu, » ironise le maire de Beaucaire, Julien Sanchez. « On veut bien des subventions. C’est la première fois en neuf ans qu’on a l’honneur d’avoir un ministre et il ne vient même pas me voir à la mairie ». Olivier Véran prévoit d’autres visites dans des villes RN après les élections sénatoriales de fin septembre.

source originale : www.francetvinfo.fr
mode d’écriture : automatique par IA