Justice: Soutien aux victimes avec les chiens d’assistance lors des auditions judiciaires

De nos jours, on constate que le système judiciaire fait davantage appel aux chiens pour soutenir les victimes dans leur démarche de témoignage et de partage des agressions qu’elles ont subies. Dans certains cas, la simple présence de l’animal est suffisante pour apaiser, réconforter et permettre aux victimes de s’exprimer plus librement.

Orko, un jeune Golden Retriever, se promène dans les couloirs d’un hôpital, où son rôle est crucial. Aux côtés des gendarmes et des professionnels de la santé, il aide de jeunes victimes à partager leurs expériences douloureuses, comme celle de Chloé, 8 ans. En quelques instants, une connexion se crée entre l’animal et la jeune fille. Apaisée, Chloé parvient à parler des agressions sexuelles présumées qu’elle a subies au sein de sa famille. Pour l’écouter, la gendarme se présente en tenue civile afin de ne pas l’effrayer.

Une dizaine de chiens d’aide en France

Derrière une glace sans tain, des médecins, des gendarmes et des psychologues assistent à l’audition. Pour les parents, qui attendent à l’extérieur de la salle pendant l’entretien, la présence du chien est rassurante. « Elle était très anxieuse à l’idée de devoir parler à des inconnus. Lorsqu’on lui a expliqué qu’un chien serait présent pendant l’entretien, cela l’a tout de suite rassurée », rapporte sa mère. Le chien a permis à la fillette de s’exprimer, de la réconforter, elle qui n’avait jamais « parlé seule ». « Auparavant, l’enfant entrait et faisait face au gendarme, une figure qui peut parfois être intimidante. Entrer dans cette salle avec un animal qui ne le jugera pas et qui sera là pour l’accompagner, cela change la dynamique », explique l’adjudante Amandine, gendarme à la brigade de recherche. La France compte environ une dizaine de chiens d’aide judiciaire.