in

Journée Mondiale des réfugiés du 20 juin

La journée mondiale des réfugiés a bien été marquée en France.

Le «  Dissident club », sis à Paris, à été créé par un réfugié pakistanais Tahar Siddiqui, pour que les exilés vivant dans la capitale française puissent échanger. Ce bar des exilés de Paris qui a ouvert ses portes Février dernier a bien fait sa part pour cette occasion.
Ce bar a pour but de rapprocher les exilés, cet endroit est ouvert pour leur permettre de s’épanouir et de se développer chacun dans leur milieu sans crainte et sans peur. Il va permettre aussi aux intellectuels exilés de s’échanger des expériences. Aussi de faire des expositions de photos.

Ouvert en février, le “Dissident club” a été contraint de fermer ses portes pendant trois mois en raison de la pandémie de Covid-19. Son fondateur a dû lancer une cagnotte en ligne auprès de son entourage pour permettre de rouvrir ses portes depuis peu et d’accueillir à nouveau ses clients.

0 0 vote
Article Rating
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments