Le Japon « ne prévoit pas d’envoyer de responsables gouvernementaux » aux JO d’hiver de Pékin après les boycotts diplomatiques décidés par les États-Unis, le Royaume-Uni, l’Australie et le Canada en liaison avec les droits de l’homme en Chine

« Le Japon estime qu’il est important que les valeurs communes partagées par la communauté internationale, telles que la liberté, les droits de l’homme et l’État de droit, soient également respectées en Chine », selon Hirokazu Matsuno, le porte-parole du gouvernement japonais. Mais la présidente du comité d’organisation des JO de Tokyo 2020 sera présente à Pékin « pour exprimer gratitude et respect aux athlètes et aux autres personnes qui ont soutenu les Jeux de Tokyo ».

La Chine de son côté, menace de faire des représailles aux pays occidentaux qui vont envoyer des athlètes mais pas de responsables officiels, ils paieront « le prix de leur mauvais coup ».

La Russie quant à elle dénonce le « boycott diplomatique » comme une tentative de politiser les JO et affirme la présence du président Vladimir Poutine aux JO d’hiver de Pékin.

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires