in ,

Israël : 5 innovations technologiques portées par l’armée

Laser anti-missile, fusil intelligent… 5 innovations technologiques portées par l’armée israélienne

Un char Merkava de l’armée israélienne, photographié aux abords de la bande de Gaza durant l’opération “Bordure protectrice”, le 20 juillet 2014. © Israel Defense Forces/Wikimedia Commons

“Israël subsiste dans un environnement sécuritaire unique, celui d’une menace existentielle permanente”, écrivait en 2018 Richard Bitzinger, chercheur à la S. Rajaratnam School of International Studies de Singapour. Depuis sa création en 1948, Israël a dû bâtir un État en s’efforçant, dans le même temps, de le défendre. Cerné et en infériorité numérique, le petit État a dû rivaliser de stratégie pour subsister à travers des conflits déséquilibrés comme la guerre des Six jours (1967) et la guerre du Kippour (1973).

Aujourd’hui, le pays est toujours confronté à un certain niveau de menace, bien qu’il ait réussi à conclure des accords de paix avec certains de ses voisins comme la Jordanie ou l’Égypte durant le siècle dernier. “L’approche israélienne de la sécurité est dictée par une culture stratégique caractérisée par une ‘mentalité obsessionnelle de siège’ et une ‘quête de sécurité absolue'”, estime Richard Bitzinger. Le budget militaire, qui a pu atteindre jusqu’à 30% du PIB en 1975, se situe aujourd’hui à un peu plus de 5%, à environ 20,5 milliards de dollars (17,1 milliards d’euros)

Surtout, les gouvernements et appareils sécuritaires successifs ont mis un point d’honneur à développer une industrie de défense poussée. De nombreux moyens ont été injectés en R&D dans l’objectif de développer des technologies sophistiquées. À ce jour, l’exemple le plus prégnant de cette stratégie reste sans doute le Dôme de fer. Ce dispositif mobile, conçu pour intercepter roquettes et missiles en vol, fait preuve d’une grande efficacité depuis son déploiement en 2011. Drones, missiles, mortiers… De nombreuses innovations ont vu le jour et font également des émules à l’international.

Système de protection des chars

Le système Trophy consiste à créer une “bulle de protection” autour d’un char de combat. Développé par Rafael Advanced Defense Systems, l’autorité israélienne de développement de technologie militaire, ce dispositif est conçu pour détecter et détruire des projectiles tirés en direction du véhicule. Des antennes radar plates, disposées sur chaque extrémité offrent au système un panorama à 360 degrés.

Lorsqu’une menace est détectée, un ordinateur calcule le moment et l’axe adéquats pour tirer une salve de cartouches explosives et détruire le projectile. Trophy peut ainsi neutraliser des tirs de roquettes et autres munitions de char, tout en identifiant la source du tir pour accélérer la riposte.

Caméra tout-terrain

Mis au point dans les années 2000, EyeBall est une petite caméra sphérique de la taille d’une balle de tennis. Elle peut être lancée vers une zone en résistant aux chocs avant de se stabiliser pour relayer une vidéo à 360° ainsi que le son. La caméra permet, à l’image d’un combat rapproché en zone urbaine, de rapidement prendre connaissance de la situation dans une pièce : nombre d’occupants, armement éventuel, architecture des lieux, etc. D’une autonomie de deux heures, EyeBall peut retransmettre un flux vidéo jusqu’à 180 mètres de distance de l’opérateur.

Smart Shooter

Toutes les armées du monde tentent de trouver la parade pour se protéger face à la menace persistante des drones. La société israélienne Smart Shooter a de son côté mis au point un boîtier intelligent, Smash AD, permettant de guider un tir avec précision. Montée sur un fusil, une caméra détecte et verrouille la cible même si elle est en mouvement. L’algorithme anticipe les déplacements du drone et détermine le moment où le tir à le plus de chances d’atteindre sa cible. Le soldat, de son côté, n’a qu’à appuyer sur la gâchette.

Laser anti-missile

Le projet vient d’être dévoilé et n’est évidemment pas pour tout de suite — il n’est en pas moins extrêmement ambitieux. Dans une vidéo promotionnelle, l’entreprise Elbit Systems a annoncé avoir été sélectionnée par le ministère de la défense israélien pour développer un laser de haute puissance pour l’un de ses drones de moyenne altitude, l’Hermes 900. L’objectif ? Parvenir à neutraliser, en vol, des missiles grâce à l’énergie dirigée.

Mais réussir à détruire au laser une cible aérienne rapide, qui plus est depuis un drone lui-même dans les airs, n’est pas une mince affaire. Le laser devra en outre être assez puissant pour détruire la cible en un laps de temps relativement court. La batterie embarquée devra de son côté être très performante pour alimenter ledit laser. Reste à savoir si le projet arrivera à son terme.

Drone suicide pour combat urbain

Développé par Rafael pour une utilisation en combat urbain, le drone suicide Spike Firefly peut embarquer une ogive explosive de 350 grammes. Pesant seulement 3kg, il peut être rapidement déployé puis guidé via tablette par un soldat pour atteindre une cible dans un rayon d’un kilomètre. Ses deux moteurs électriques peuvent le faire voler jusqu’à 500 mètres d’altitude, avec une autonomie de 15 minutes. Dévoilé en 2019 au salon Milipol, à Paris, Spike Firefly sera prochainement déployé dans l’armée de terre israélienne.

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments