in

Irlande du Nord: les tensions entre les unionistes et les républicains persistent après le Brexit.

Depuis onze jours, la province britannique vit dans la tempête de violence à cause de diverses raisons. La principale est la colère des unionistes qui se sentent trahis après le Brexit.

Depuis le 29 mars, en dépit de l’appel au calme de Londres, de Dublin et du Washington, les émeutiers ne cessent pas d’exprimer leur sentiment de trahison après le Brexit. Débutés à Derry, les troubles s’allongent à Belfast, à Carrickfergus, Ballymena et Newtownabbey. La communauté unioniste demeure le territoire cible essentiel.

En effet, les murs de la paix sont brûlés une fois de plus. Une nouvelle rébellion a déclenché ce soir de 8 avril à Belfast. Des centaines de révoltés républicains ont fait face aux polices anti-émeutes. Ces dernières ont reçu des jets de pierres, de cocktails Molotov, des briques et des bouteilles. Les jeunes attaquants défient la force de l’ordre abritée derrière les Land Rover.

Pour rappel, cette violence a comme origine l’affrontement entre les quartiers unionistes étant des protestants et britanniques et les républicains, des catholiques et irlandais. Un mur divise ces deux communautés. Presque six cent jeunes des deux parties se sont lancés des projectiles, chacun de leur côté ; les républicains, d’un côté, et les unionistes, d’autre côté.

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments