in

Gustavo Dudamel : Nouveau directeur musical de l’Opéra de Paris

C’est donc le tout juste quadragénaire Gustavo Dudamel qui prend la succession du Suisse Philippe Jordan comme directeur musical de l’Opéra de Paris. Une présentation faite ce matin par le directeur de l’Opéra, Alexander Neef, en présence de l’heureux élu. Un Dudamel passionné d’opéra dès sa jeunesse. Un Dudamel ravi, et ce n’était visiblement pas diplomatique : “Je suis très ému, même un peu étourdi. Je vis un moment extraordinaire”.

Car sa nouvelle mission courra sur les six prochaines saisons, avec, nous a indiqué Neef, “une vraie montée en puissance dans la saison 2022-2023”. Gustavo Dudamel, que l’on connaît plutôt comme chef symphonique mais qui a avoué son amour de jeunesse pour l’opéra : “Mes idoles, quand j’étais petit, elles étaient à la Scala de Milan, à Vienne, à Berlin. Avec José Antonio Abreu (le fondateur d’El Sistema), qui était d’origine italienne, on avait cette passion partagée, on décortiquait les livrets. L’opéra a d’ailleurs toujours été un pilier important de la philosophie de El Sistema”. El Sistema (ce réseau d’orchestres vénézuéliens composés de jeunes musiciens de milieu modeste) dont il est issu et qu’il continuera de diriger : “Bien entendu, c’est ma famille”. Comme, on le suppose, l’orchestre philharmonique de Los Angeles, même si la question ne lui a pas été posée.

Du coup, il souhaite évidemment s’occuper d’ “une maison d’opéra où tout le monde est représenté” (sans qu’on en sache beaucoup plus) et “avec un répertoire parfaitement éclectique”, y compris, puisqu’on lui a posé la question (mais la réponse est peut-être diplomatique !) “des œuvres espagnoles et latino-américaines”. Qui s’inscriront peut-être dans une programmation orchestrale “très large, de Charpentier à Boulez en passant par Ravel ou Mahler, en France et lors de tournées à l’étranger”. Autant dire que Gustavo Dudamel, 40 ans, 6 de moins que Philippe Jordan, met ses pas dans ceux de son prédécesseur, à un détail près, important : il dirigera aussi des ballets, ce que Jordan, de mémoire, ne faisait pas.

Neef annonçant même une création du ballet maison commandée au sulfureux compositeur britannique Thomas Ades, “mais qui ne sera pas monté la saison prochaine”.

On saura au moins que les liens de Dudamel et de l’orchestre sont nés dès la première répétition de La Bohème de Puccini il y a deux ans : “Je suis revenu chez moi, j’étais heureux, j’ai dit à ma femme on va fêter ça”. Et c’est justement Puccini qu’il dirigera la saison prochaine pour sa prise de fonctions : une nouvelle production de l’œuvre ultime de l’Italien, Turandot. Il y aura aussi Les noces de Figaro de Mozart mais la saison 2021-2022 (sous quelle forme ?) sera annoncée par Alexander Neef dans les jours ou les semaines qui viennent.

Un Neef qui en a profité, entre les lignes, pour rappeler sa confiance à Aurélie Dupont et à Elizabeth Platel, les deux dames de la danse. Et le mot de la fin à Gustavo Dudamel qui a fait une jolie déclaration d’admiration à la capitale française : “Si Paris nous a appris quelque chose dans l’histoire, c’est que l’art est un exercice collectif”. Il reste une dernière chose au nouveau directeur musical, c’est de suivre les traces de son patron en se perfectionnant dans notre langue -Neef, français parfait, Dudamel tout en espagnol. Mais en six ans, ça devrait le faire !

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments