in ,

Birmanie : Sanction du chef de la junte par l’UE

L’Union européenne a sanctionné, lundi 22 mars, le général Min Aung Hlaing à l’origine du coup d’État contre Aung San Suu Kyi, avec neuf des plus hauts gradés des forces armées et le président de la commission électorale.
La décision a été prise au début d’une réunion des ministres des Affaires étrangères de l’UE à Bruxelles. Les sanctions consistent en une interdiction de se rendre ou de transiter par l’UE et un gel de leurs avoirs ou de leurs ressources, précise la déclaration officielle publiée par le Conseil européen.
Depuis le coup d’État des militaires birmans qui ont renversé la dirigeante civile Aung San Suu Kyi, le 1er février, plus de 2 600 personnes ont été arrêtées et quelque 250 tuées, selon l’Association d’assistance aux prisonniers politiques (AAPP). Le bilan des victimes pourrait être plus lourd, souligne cette organisation locale de défense des droits de l’homme.
Des mesures plus sévères sont attendues prochainement, notamment envers les entreprises dirigées par la junte.
Ces conglomérats sont actifs dans tous les pans l’économie, de l’exploitation minière à l’industrie manufacturière, en passant par l’alimentation, l’hôtellerie, les télécommunications et la banque. Ils figurent parmi les plus gros contribuables du pays et ont cherché à nouer des partenariats avec des entreprises étrangères lors de la période de transition démocratique de la Birmanie.

0 0 voter
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments