in ,

Attentat de Janvier 2015, tueur déterminé et sans empathie

Appelé à témoigner, lundi 21 septembre, sur le déroulé de la prise d’otages de l’Hyper Cacher, Christian Deau, ex-chef antiterroriste de la brigade criminelle de Paris, a insisté sur la “violence” et la “cruauté” d’Amédy Coulibaly.
Amédy Coulibaly, jihadiste de 32 ans qui a assassiné quatre personnes lors de la prise d’otage de janvier 2015. Il est décrit comme « froid et déterminé », « sans aucune empathie pour les victimes » selon toujours Christian Deau, un témoignage glaçant à la cour d’assises spéciale de Paris.
A 13 h 05 du vendredi 9 janvier 2015, Amédy Coulibaly fait irruption dans la supérette Hyper Cacher de la porte de Vincennes, armé d’un fusil d’assaut, de pistolets et de bâtons d’explosifs, et commence à tirer et a tué un employé puis des clients.Le jihadiste – qui a filmé son attaque avec une caméra fixée à son torse – dit vouloir “mourir en martyr” et agir “à la demande” de l’organisation État islamique.
Les images des 16 caméras de vidéosurveillance du magasin ainsi que les photos prises par les enquêteurs projetées témoignent la violence de l’attaque. Sur ces clichés, les corps de certaines victimes sont visibles, étendus dans des allées jonchées de cartons et de produits tombés des rayons.
Surarmé, le terroriste avait aussi menacé à plusieurs reprises d’utiliser les “20 bâtons de dynamite” retrouvés sur les lieux, de quoi “entraîner un effondrement de l’immeuble”, indique le commissaire. Certains clients et employés parviennent à s’enfuir en essuyant des coups de feu. D’autres se ruent vers le sous-sol. Les choses se précipitent finalement vers 17 h 10, peu après la neutralisation des frères Kouachi, tués à Dammartin-en-Goële. Le “risque”, c’était qu’Amédy Coulibaly “se venge” sur les otages, rappelle l’enquêteur.
A l’extérieur, les forces de l’ordre ont pris position mais essayent d’abord de négocier, pour parvenir à la libération des otages”, souligne Christian Deau. Ordre est alors donné aux forces du Raid et de la BRI d’intervenir dans l’épicerie, par la porte avant et par la porte arrière.
Pris entre deux feux, Amédy Coulibaly riposte, avant d’être abattu.

0 0 voter
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments