in ,

Algérie : un islamologue accusé d’offense à l’Islam

Saïd Djabelkhir, chercheur de renom de 53 ans, ira en prison pour avoir fait « offense aux préceptes de l’islam ». Il est condamné à 3 ans de prison ferme selon le tribunal d’Alger ; l’un de ses avocats, Me Moumen Chadi est choqué et dénonce cette décision d’un vice de forme. Il affirme qu’il n’y a aucune preuve et que le dossier est vide.

De son côté, le chercheur spécialiste du soufisme a fait savoir qu’il poursuivrait son « combat pour la liberté de conscience ».

« Le combat pour la liberté de conscience est non négociable », a insisté Saïd Djabelkhir, spécialiste du soufisme, un courant mystique et ésotérique de l’islam. Diplômé en sciences islamiques, auteur de deux ouvrages connus traitant de la religion. Il est poursuivi par sept avocats et un autre universitaire pour « offense aux préceptes de l’islam et aux rites musulmans », il risquait jusqu’à 5 années de prison. On lui reproche d’avoir écrit que le sacrifice du mouton – tradition musulmane – existait avant l’avènement de l’islam, et critiqué certaines pratiques comme le mariage de filles prépubères dans certaines sociétés musulmanes.

«Quiconque offense le prophète ou dénigre le dogme ou les préceptes de l’islam, que ce soit par voie d’écrit, de dessin, de déclaration ou tout autre moyen » est punissable de 3 à 5 ans d’emprisonnement et/ou d’une amende selon la loi algérienne. Lors de son procès le 1er avril, l’islamologue s’était défendu d’avoir « porté atteinte à l’islam », religion d’État en Algérie. Il assure qu’il avait seulement fait part de « réflexions académiques » et qu’il était accusé « par des personnes qui n’ont aucune compétence en matière de religion ».

Depuis le début de l’affaire, Saïd Djabelkhir a recueilli le soutien de nombreux collègues et hommes politiques algériens. Mais son procès a divisé. Ses défenseurs considèrent qu’il s’agit d’un débat d’idées et que le chercheur doit pouvoir donner son avis sur des questions relevant de sa spécialité. Au contraire de ses détracteurs qui lui reprochent d’avoir dénigré des versets du Coran et les cinq piliers de l’islam, comme le « hadj », le pèlerinage à La Mecque.

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments