in ,

Addis-Abeba : les civils tigréens sont pourchassés par les autorités

© Wikimedia Commons/Mattias Kiel Nielsen

Soupçonnés d’espionnage, des milliers de civils tigréens sont arrêtés par les autorités à Addis-Abeba. Depuis deux semaines de l’application de l’état d’urgence par le gouvernement, une vague d’arrestation des Tigréens secoue l’Éthiopie.

L’ONG Amnesty International assure : « Les commissariats de la capitale sont pleins et que la police déplace au fur et à mesure les nombreux détenus vers au moins 6 lieux de détention réquisitionnés pour l’occasion. »

Une opération qualifiée « inquiétante » et « discriminatoire » selon le rapport d’Amnesty International. La police profite de cette situation pour arrêter tous les civils tigréens qui vivent à Addis-Abeba pour espionnage sans un mandat d’arrêt explicite.

Selon l’Amnesty International, « aucun Tigréen n’est vraiment à l’abri. » Ils peuvent être arrêtés à cause de leurs noms avec une consonance tigréens ; en parlant tigrinya. Les Tigréens peuvent aussi être interpellés dans n’importe quels lieux comme dans un café ou dans la rue lors d’un contrôle. Certains ont été arrêtés suite à la dénonciation de leurs voisins.

Source : RFI

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires