Deux pâtisseries réalisées en chocolat noir jugées racistes dans une boulangerie à Grasse

0
39
patisseries

Le Cran (Conseil représentatif des associations noires) exige le retrait de deux gâteaux réalisés en chocolat noir, de la vitrine d’une boulangerie à Grasse, car jugés « racistes ».

Ils sont faits de chocolat noir

Exerçant le métier de boulanger-pâtissier depuis maintenant plus de 15 ans, Yannick Tavolaro n’a jamais eu de soucis avec ses clients quant à ses réalisations. Mais aujourd’hui, il a réalisé deux pâtisseries baptisées Dieu et Déesse, enrobées de chocolat noir et voilà qu’on l’accuse de racisme. Les deux gâteaux, réalisés en pâte sablée sont recouverts d’un glaçage rose sur certaines parties dont les lèvres, les organes génitaux ou encore les seins pour la Déesse. On remarque également la taille impressionnante du sexe de son homologue masculin, ainsi que leurs deux grands yeux blancs. A première vue, cette création est d’une originalité assez exceptionnelle, mais ce n’est pas tellement ça qui gène le Cran. C’est le fait qu’ils aient été réalisés à base de chocolat noir.

Le chocolat noir est plus facile à travailler

Pour sa part, Yannick Tavolaro a confié au Parisien qu’il n’a jamais fait la différence entre les différents ingrédients qu’il utilise pour faire ses pâtisseries. Selon ses explications, il a choisi d’utiliser le chocolat noir, tout simplement parce que c’est plus facile à travailler.

«Je fais ces pâtisseries depuis 15 ans. Je ne comprends ni pourquoi ni comment est née cette controverse…La seule chose qu’on leur reproche, c’est d’être en chocolat noir. S’ils étaient blancs, personne ne s’en offusquerait. Mais le chocolat noir est plus facile à travailler et tient mieux, c’est tout».

Des fantasmes coloniaux…une insulte aux religions africaines

De son côté, le Cran persiste et signe que ce boulanger-pâtissier ne peut que choquer sa clientèle noire avec ce genre de pâtisseries. D’ailleurs, rien que d’avoir appelé ces gâteaux Dieu et Déesse est signe d’un non respect aux religions africaines. Louis-Georges Tin, le président du Cran a ainsi exigé à ce qu’on retire ces pâtisseries de la vente, au risque de voir cette affaire traîner en justice.

« C’est un retour des fantasmes coloniaux concernant les Noirs (regards ahuris, bouches surdimensionnées, nudité obligée, organes sexuels protubérants). Pire encore, compte tenu de leur nom, ces pâtisseries tournent en ridicule les religions africaines…Nous exigeons le retrait immédiat de ces pâtisseries racistes de la vente… Sinon, nous mettrons en place une réponse graduée, avec d’abord une pétition en ligne, puis éventuellement un dépôt de plainte. »

Un terrorisme intellectuel

Le boulanger-pâtissier qui a également été critiqué pour avoir exercé un autre métier hors de son commerce – il est président du club de football USPlan-de-Grasse, n’entend toutefois pas retirer Dieu et Déesse de sa vitrine. Il qualifie par ailleurs la réaction du Cran comme un « terrorisme intellectuel ».

« Au début, franchement, j’ai cru que c’était une blague, explique Yannick Tavolaro. Mais quand j’ai vu ce texte, je n’ai plus trouvé ça drôle. Je suis même profondément blessé. Choqué. Car en aucun cas je ne suis raciste. L’USPlan-de-Grasse dont je préside la section football est le club le plus cosmopolite de la ville. »

Une manifestation de soutien se tiendra devant la boulangerie de Yannick Tavolaro ce vendredi vers 10 heures. Une page de soutien a également été créée sur Facebook où le pâtissier a déjà recueilli plus de 1 500 « likes ».

dieu

Ne manquez plus aucune actualité, abonnez-vous à notre newsletter VIP.