VIDEO. Maroc : entre 600 et 800 Marocaines avorteraient clandestinement tous les jours

0
163

Au Maroc, l’avortement est interdit par la loi et pourtant, chaque jour, près de 800 Marocaines tentent de mettre un terme à leur grossesse clandestinement, souvent sans aucune assistance et au péril de leur vie.

Cliquez ici pour voir l’intégralité du reportage : « Maroc : Les avortements clandestins » 

Des chiffres plus que révélateurs des détresses des Marocaines

Les phénomènes d’abandon, d’infanticides et d’avortements clandestins augmentent considérablement au Maroc. En 2012, une étude a fait état de 900 avortements par jour dont 500 à 600 pratiqués par des médecins et 150 à 200 dans des conditions déplorables, à domicile, avec des infirmières ou herboristes. Les plus démunies recourent à l’usage des pilules abortives ou utilisent des objets contondants. Une vingtaine de mères abandonnent tous les jours leurs bébés et certaines mères vont jusqu’à tuer leur bébé pour ne pas subir l’affront de la société.

Un assouplissement de la loi : la solution proposée par les spécialistes de la santé

Face à la recrudescence des avortements clandestins et les condamnations des médecins pratiquant illégalement l’avortement, l’Association Marocaine de Lutte contre l’Avortement Clandestin (AMLAC) s’inquiète et propose un assouplissement de la loi pour régler la situation.

En effet, de plus en plus de médecins ont été condamnés par les tribunaux marocains. Actuellement, les seuls cas d’avortement tolérés par la loi concernent les avortements spontanés (fausse-couche) ou l’IVG nécessaire pour préserver la vie de la mère. Aucune exception n’a été faite pour les cas de malformations, de viols, d’incestes. Pourtant, « chaque semaine, nous en avons une ou deux qui arrivent au service après avoir été violées, elles accouchent, et elles abandonnent leur enfant. La dernière avait 13 ans, et elle avait été violée par son père« , confie le professeur Chafik Chraïbi, Fondateur de l’Association marocaine de lutte contre l’avortement clandestin (Amlac).

Ne manquez plus aucune actualité, abonnez-vous à notre newsletter VIP.