Julian Assange (WikiLeaks) redoute une condamnation à mort (VIDEO)

0
17

Réfugié dans l’ambassade de l’Equateur, à Londres, depuis le mois de juin 2012, Julian Assange le cofondateur de WikiLeaks se dit épuisé mais prêt à se battre jusqu’à la fin.

Sa famille lui manque

Séparé de sa famille et de ses proches depuis maintenant 3 ans, Julian Assange a confié au micro de la RTS (Radio télévision suisse) son envie de revoir ses enfants ainsi que ses doutes quant à l’issu de son problème avec les Etats-Unis.

« C’est quelque chose qui est difficile pour moi, mais encore plus difficile pour mes enfants… Mais si vous croyez en quelque chose, il faut en payer le prix…Un arrangement avec les États-Unis si Hillary est élue est très peu probable. Elle était secrétaire d’État pendant notre grand conflit. […] C’est quelqu’un qui est de nature guerrière. »

Faciliter l’accès à des données censurées

Dans ses confidences, Julian Assange a également tenu à rappeler que WikiLeaks avait principalement pour but de permettre à tous les internautes d’accéder à des données censurées. Un droit fondamental qui aide tout un chacun responsable, à mieux comprendre son environnement, selon le cybermilitant australien.

« Je m’efforce de faire en sorte que les êtres humains aient accès à des informations auxquelles ils n’ont pas autrement accès habituellement. Ce sont des informations qui sont censurées. Ce sont des informations qui sont précieuses pour nous permettre de mieux comprendre notre environnement. L’accès à ces informations est essentiel. »

Tout le monde est surveillé par la NSA

Selon Julian Assange, il est aujourd’hui encore plus impossible d’échapper aux radars de la NSA qui surveille les moindres gestes de tous les citoyens de la planète, à travers Internet, disques durs et téléphones portables.

« Les téléphones, les disques durs du monde entier sont sous surveillance aujourd’hui. Cela rend le monde très vulnérable et fait planer une menace sur le monde contemporain….Aucun citoyen européen, où qu’il se trouve, n’est à l’abri du programme de surveillance des États-Unis. »

Ne manquez plus aucune actualité, abonnez-vous à notre newsletter VIP.