Emeutes à Saint Louis aux Etats-Unis : un jeune noir a été abattu par un policier blanc (VIDEO)

0
50
emeutes_missouri

Plus de 100 personnes sont descendues dans les rues de Saint-Louis, aux Etats-Unis, pour clamer l’injustice dont a été victime un jeune noir de 18 ans, abattu par les balles d’un policier blanc de 32 ans.

Ferguson bis

Un jeune noir de 18 ans a été abattu par les balles d’un policier blanc de 32 ans, dans les rues de Saint-Louis, aux Etats-Unis, mercredi 8 octobre dernier. Le soir-même, plusieurs centaines de personnes sont descendues dans cette même rue pour crier à une injustice et réclamer l’ouverture d’une enquête auprès du ministère de la justice. Une malheureuse histoire qui n’est pas la première dans son genre, puisqu’en août dernier, un jeune noir de 18 ans, Michael Brown, a également été descendu par balles par un policier blanc de 28 ans, à Ferguson, une banlieue de Saint-Louis. Avec ce deuxième incident, les émeutes risquent de s’intensifier, alors que le jury n’a pas encore donné suite au premier cas qui s’est produit en août dernier.

Un agent dans les règles

Pour sa défense, l’avocat du policier blanc Brian Milikan a déclaré qu’il a été victime d’une agression de la part de ce jeune homme noir. Selon les explications fournies par le même avocat dans le quotidien Post-Dispatch, l’ancien agent des Marines qui a servi en Irak, a eu de la chance d’être encore envie après cette altercation. Sam Dotson, le chef de la police locale a par ailleurs déclaré dans un communiqué de presse, que l’agent a sorti son arme pour se défendre d’une attaque à main armée. Les recherches auraient d’ailleurs aboutit à la trouvaille d’une 9 millimètres sur les lieux de l’incident.

« Il n’était pas armé »

Malgré les affirmations de la police, les proches et d’autres témoins ont déclaré que le jeune homme noir, Myers, était seulement armé d’un sandwich et d’un soda au moment où il a été abattu. Un premier témoin, sa cousine, Teyonna Myers, a déclaré dans les colonnes de Post-Dispatch que son cousin venait juste de s’acheter de quoi manger quand le policier l’a abattu de sang froid. Des propos que Behre Beyent, un commerçant du coin qui connaissait bien Meyers et qui a été témoin de la scène, avait confirmé.

Ne manquez plus aucune actualité, abonnez-vous à notre newsletter VIP.