Ebola : des fossoyeurs de victimes réclame les 100 dollars par semaine promis par le gouvernement

0
103
ebola_fossoyeurs

En Sierra Leone, le gouvernement avait promis de payer 100 dollars la semaine, chaque fossoyeur chargé d’enterrer les victimes qui ont succombé au virus Ebola. Mais actuellement, la majorité des intervenants ont décidé de faire une grève faute de paiement de plusieurs jours de salaire.

Un métier à risque

Les équipes de fossoyeurs de victimes du virus Ebola travaillent dans des conditions délabrées et risquent chaque jour d’attraper à leur tour, la maladie. Mais pour 100 dollars la semaine, plusieurs hommes ont accepté de se charger de l’enterrement des morts qui ne cessent d’augmenter de jour en jour. Bien que la plupart des recrutés sont des volontaires, le gouvernement de Sierra Leone a promis de leur verser une salaire fixe à chaque fin de semaine.

Payé ou en grève

Ont-ils raisons de faire la grève lorsqu’on sait qu’ils sont des volontaires? Mais puisqu’il s’agit d’un travail comme un autre et puisque le gouvernement avait promis de payer, pourquoi ne seraient-ils pas payés? C’est en tout cas le raisonnement de ces fossoyeurs en grève actuellement. Pour un peu d’argent, ils ont accepté de côtoyer l’univers maladif des victimes du virus Ebola et ils risquent aussi d’être contaminés à tout moment. D’autant plus qu’avoir accepté ce travail les met aussi dans le même lot que ceux qui sont mis en quarantaine par précaution. Alors, les fossoyeurs de Sierra Leone estiment avoir tout à fait raison de réclamer leur paie.

Mickael Fodaw, un fossoyeur de Sierra Leone d’expliquer :

« Le gouvernement a promis de nous payer chaque semaine mais il a arrêté de le faire. C’est notre deuxième semaine sans salaire. Voilà pourquoi la plupart de nos hommes ne travaillent pas ! »

60 morts parmi les fossoyeurs

Les fossoyeurs ne sont pas non plus à l’abri des infections du virus Ebola. Parmi eux, 60 équipiers ont également trouvé la mort, suite au contact qu’ils ont eu avec des malades et d’autres victimes qu’ils ont enterré. La plupart d’entre d’eux déplorent le manque d’équipements adéquats et aussi le manque de suivi médical des équipes de fossoyeurs.

Pour rappel, en Sierra Leone, le virus Ebola a déjà fait plus de 600 morts. Il est depuis le troisième pays de l’Afrique le plus touché par cette épidémie qui a déjà fait au total 3 439 morts dans toute l’Afrique de l’Ouest.

Ne manquez plus aucune actualité, abonnez-vous à notre newsletter VIP.