VIDEO Boko Haram : Entre viol et mariage forcé…le calvaire quotidien des jeunes filles retenues en otage

0
250
otages_boko_haram

L’ONG Human Rights Watch vient de publier une vidéo dans laquelle des dizaines de jeunes filles qui ont été enlevées par Boko Haram, témoignent de leur quotidien en tant qu’otages…entre viol et mariage forcé!

500 jeunes filles

Depuis 2009, plus de 500 jeunes filles ont été enlevées par le groupe islamiste Boko Haram, au Nigéria. A ce jour, aucune de ces jeunes lycéennes n’ont été localisées par les autorités locales. Par ailleurs, le gouvernement nigérian serait en pourparlers avec les ravisseurs quant à la libération de 219 d’entre elles, prochainement. Jusque là, aucune information n’a filtrée à ce sujet et les jeunes filles enlevées restent introuvables.

Mariage, viol et combat

Des lycéennes qui ont été enlevées par le groupe Boko Haram, en avril dernier, à Chibak, ont témoigné dans une vidéo de leur calvaire au quotidien. Agée de 19 ans, une d’entre elles raconte comment elle a été kidnappée et ce dont elle a été forcée de faire pour survivre, une fois sur le territoire du groupe islamiste.

« On m’a demandé de porter les munitions et de m’allonger dans l’herbe pendant qu’ils se battaient. Ils venaient s’approvisionner en munitions, au cours de la journée, alors que les combats se poursuivaient. Quand les forces de sécurité sont arrivées sur place et qu’elles se sont mises à nous tirer dessus, je suis tombée par terre, de peur. Les insurgés m’ont alors traînée sur le sol, en s’enfuyant vers le camp. »

Vidéo témoignage

Lundi 27 octobre, l’ONG Human Rights Watch avait publié un rapport dans lequel est décrit le quotidien des jeunes filles qui ont été enlevées par Boko Haram. Une vidéo qui témoigne de la vie de douze d’entre les otages qui ont réussi à s’enfuir, dont certaines parmi les 219 lycéennes qui ont été enlevées, en avril dernier, à Chibok. Toujours aussi effrayées que quand elles ont encore été en captivité, ces jeunes filles racontent l’enfer d’un viol, de mariages forcés et même de participation forcée aux combats…

Regardez!

L’école

Si la plupart des jeunes filles qui ont été victimes de kidnapping par le groupe Boko Haram ont été enlevées, c’est parce qu’elles ont choisi d’aller à l’école. C’est d’ailleurs pour avoir accepté de renoncer à l’école et de se convertir que certaines d’entre elles ont été relâchées saines et sauves.

D’un autre côté, l’ONG Human Rights Watch déplore le refus des autorités compétentes à assurer la sécurité des jeunes enfants du Nigéria, chez eux comme à l’école. D’ailleurs, à ce jour, aucune action précise n’a été organisée par le gouvernement pour rapatrier les otages, ni même pour les retrouver.

Ne manquez plus aucune actualité, abonnez-vous à notre newsletter VIP.