Attentat contre l’Hyper Cacher de Vincennes : Une ex-otage attaque en direct BFMTV dans « C à vous » (VIDEO)

1
57

Une des six ex-otages de l’attentat de l’Hyper Cacher de Vincennes ayant porté plainte contre BFMTV pour avoir dévoilé en direct leur cachette à la télé le jour de l’attaque, a apporté son témoignage sur le plateau de l’émission C à vous, mardi soir.

Cachés dans une chambre froide

Noémie a ainsi confié que le 9 janvier dernier, lors de la prise d’otages perpétré par le terroriste Amedy Culibaly dans l’Hyper Cacher de Vincennes, à Paris, ils étaient six personnes à se cacher dans une chambre froide, dont un bébé de 10 mois. Ils s’estimaient hors de tout danger dans leur cachette jusqu’à ce que Dominique Rizet, spécialiste police et justice, ait annoncé à l’antenne de BFMTV où ils se trouvaient exactement.

« Alors qu’on pensait être apaisé, qu’il y avait la police dehors et qu’on était protégé, on a tout de suite eu une peur en plus. On s’est dit qu’à cause de la télévision, à cause de BFMTV et des journalistes, on aurait pu être en danger à nouveau. »

Les infos passaient en direct sur BFMTV

Dominique Rizet avait en effet déclaré au moment de la diffusion des infos en direct, que les otages n’étaient plus en danger. Une information que Noémie a fortement démenti en assurant que l’attaque venait à peine de commencer lorsque les infos passaient sur BFMTV.

« Je ne comprends pas comment il peut dire ça à 15h, alors que l’attaque vient de commencer. Elle se termine à 17h, soit deux heures plus tard. On était en bas, on avait peur, on entendait des coups de feu et on savait que des gens étaient morts. On ne comprend pas comment il peut dire qu’on était en sécurité. En aucun cas, on l’était. »

Une plainte contre X

Pour justifier le choix du groupe d’avoir déposé une plainte contre X, l’avocat de Noémie, Me Patrick Klugman a expliqué qu’avec les autres otages, ils n’ont pas pu savoir lequel du journaliste, du directeur de la chaîne ou de la programmation était en cause dans ce reportage.

 »X, c’est BFMTV, mais BFMTV juridiquement, ça ne veut rien dire. C’est pour ça que nous avons demandé à ce qu’il y ait une enquête complète pour qu’on regarde comment l’information s’est fabriquée, comment la décision de la diffusion a été prise et savoir si c’est la personne morale qui est responsable pénalement, si c’est le directeur de la rédaction, si c’est le journaliste seul qui est en cause. »

De son côté, le directeur de la chaîne BFMTV a déjà présenté ses excuses en mars dernier, sur le plateau du Petit Journal et de Canal +, en évoquant une « erreur » lors de la diffusion du direct. Il a toutefois infirmé la volonté de la chaîne ou du journaliste, à mettre en danger la vie des otages le jour de l’attentat.

Ne manquez plus aucune actualité, abonnez-vous à notre newsletter VIP.

PARTAGER SUR
J'adore écrire et tout y passe! People, Santé, Actus, High-tech, Insolite, Buzz, Musique et Cinéma...Vous en aurez de toutes les couleurs sur le site grâce à moi ;)
  • Duconlajoie

    Surtout en été à cause des mouches