La victoire du Front National suscite des réactions mitigées en France

0
263

La France toute entière est sous le choc suite à la victoire du Front National. De même que les médias et les réseaux sociaux qui se réveillent peu à peu de leur torpeur pour commenter ces événements récents avec un vocabulaire lourd de sens.

La gauche sous le choc

La victoire historique du Front National lors des élections européenne 2014 a été un véritable choc pour la France, notamment pour le PS qui arrive troisième après l’UMP et qui réalise son plus mauvais score. Face à cette nouvelle débâcle, François Hollande déclare que des « leçons doivent être tirées » tandis que Manuel Valls, la mine grave explique que « Ce scrutin est plus qu’une nouvelle alerte, c’est un choc, un séisme. » De son côté, Ségolène Royal évoque un « choc à l’échelle du monde ».

Alors que la démission du président se fait entendre dans les hautes sphères de la politique française d’après Challenges, François Hollande a expliqué hier dans une interview télévisée qu’il maintient la feuille de route qu’il a fixée avec Manuel Valls, ce qui laisse de nombreux français sceptiques.

vu sur Twitter

 

Les médias se déchaînent

Que ce soit à travers la presse ou les réseaux sociaux, le choc suscité par la victoire du Front National est perceptible. Pour preuve, il suffit de voir les différents mots employés dans les articles de presse. « Poussée des partis europhobes », « choc », « séisme », « big bang », « Tremblement de terre en France », « L’extrême droite déferle en France » et tant d’autres termes qui permettent de mesurer l’ampleur de la situation. Et cette réaction n’est pas uniquement du fait de la presse nationale, mais de la presse européenne tout entière. Les réseaux sociaux ne sont pas en reste, notamment sur Twitter où les commentaires fusent de toute part.

les médias se déchaîne suite à la victoire du Front National

La montée du Front National dans la politique française ne fait finalement que le bonheur de Marine Le Pen et de son parti qui déclare sans ambages « Le président de la République doit maintenant prendre les dispositions qui s’imposent pour que l’Assemblée devienne nationale, représentative du peuple et à même de mener la politique d’indépendance que le peuple a choisi. »

Ne manquez plus aucune actualité, abonnez-vous à notre newsletter VIP.