Vaccination: le nanopatch va révolutionner le monde de la médecine

0
43

La simple vue d’une aiguille vous a toujours fait fuir en courant? Rassurez-vous, bientôt vous n’allez plus pouvoir vous passez d’un médecin en cas de bobo! Eh oui, les seringues vont prochainement devenir des instruments désuets et finir par passer de mode.

En effet, Mark Kendall, un chercheur australien a mis au point un patch vaccinal truffé de quelque 20 000 nano-aiguilles recouvert d’antigènes (qui constituent les principes actifs du vaccin). Ceux-ci pénètreront dans la peau grâce à des micro-aiguilles. En plus d’être indolore, ce patch sera aussi à la portée de tout un chacun lorsqu’il sera mis sur le marché. A base de silicone, 50 centimes de dollars suffisent pour sa fabrication. Même si les études n’en sont qu’à leur début, le nanopatch a déjà séduit l’OMS (Organisation mondiale de la santé) ainsi que les grands industriels du secteur de la santé.

Ce n’est pas la première fois que Kendall s’adonne à ce type de recherche sur le vaccin. Il a déjà, dans le passé et avec d’autres scientifiques, essayer de mettre en place un autre procédé qui consistait à lancer des projectiles de microparticules de vaccin sur la surface de la peau. Malheureusement, faute de moyen et de financement, le projet n’a pas abouti.

Plusieurs géants de l’industrie pharmaceutique sont déjà en négociation avec Vaxxas, la start-up de Mark Kendall, pour l’acquérir. Contrairement au vaccin classique, il sera plus facile de transporter celui-ci et de le stocker, ce qui facilitera l’acheminement des vaccins dans les endroits les plus reculés de la planète. Si les recherches sont concluantes, le scientifique prévoit de mettre ce produit sur le marché en 2020.

Ne manquez plus aucune actualité, abonnez-vous à notre newsletter VIP.