Ukraine : le lancement d’une opération anti-terroriste

0
228

Samedi dernier, une série d’attaque des pro-russes a eu lieu dans l’est de l’Ukraine, provoquant des morts et des blessés. Pour renforcer la sécurité du territoire, le ministre de l’Intérieur a annoncé hier, 13 avril 2014, la mise en place d’une opération anti-terroriste.

Une offensive dénoncée comme une agression de la Russie

Suite aux évènements de samedi, le gouvernement pro-européen de Kiev dénonce la mainmise de la Russie. De même que les occidentaux qui dénonce l’implication de Moscou à travers des attaques de groupes armées pro-russe dans l’est de l’Ukraine. Samantha Power, ambassadrice américaine à l’ONU déclare que cette attaque « présente tous les signes de ce que nous avons vu en Crimée, c’est professionnel, c’est coordonné. Rien de local là-dedans. Dans chacune des six ou sept villes où elles sont actives, ces forces font exactement la même chose. Donc sans aucun doute, cela porte les signes d’une implication de Moscou. »

Le président ukrainien par intérim, Olexandre Tourtchinov va jusqu’à accuser la Russie de « mener une guerre contre l’Ukraine. » Face à la situation, par l’intermédiaire de son porte-parole diplomatique, Alexandre Loukachevitch, la Russie réclame une réunion d’urgence du Conseil de sécurité de l’ONU concernant cette crise dans l’est de l’Ukraine. La réunion a d’ailleurs commencé à 2h du matin (heure de Paris) à New York.

Ukraine

En tout cas, le gouvernement ukrainien, n’a pas hésité dimanche à lancer une opération anti-terroriste de reconquête à haut risque dans la ville de Slaviansk.

La Russie attaquée de partout

Suite à ces évènements du week-end en Ukraine, la Russie est accusée d’ingérence par les occidentaux. D’une part, l’Union Européenne somme Moscou de cesser toutes tentatives de déstabilisation en Ukraine en respectant « «l’intégrité territoriale du pays ». De même que le secrétaire général de l’OTAN, Anders Fogh Rasmussen a appelé la Russie dimanche pour la mettre en garde contre toute ingérence militaire.

Paris, quant à elle, préconise de nouvelles sanctions pour Moscou. Le secrétaire d’Etat aux relations avec le Parlement a déclaré, au nom du gouvernement, pendant l’émission « Le Grand Rendez-vous » sur Europe 1 que « nous serions amenée à nous prononcer pour de nouvelles sanctions en cas d’escalade militaire ».

Ukr

Ne manquez plus aucune actualité, abonnez-vous à notre newsletter VIP.