Des industries européennes dénoncent les méthodes de dumping des industries chinois du solaire.

0
13

Ce mercredi 29 avril 2015, un groupe d’industriels du solaire européen ont déposé une plainte à la Commission Européenne pour dénoncer les pratiques douteuses des industriels chinois du solaire.

Milan Nitzschke, président de EU Pro Sun et représentant de Solar Word a porté plainte officiellement. Selon ses dires, près de 30% des importations solaires chinoises opèrent des pratiques illégales, pour éviter de payer les droits de douanes européens. Pour ce faire, les composants et les cellules photovoltaïques provenant de Chine, transitent à Taïwan ou en Malaisie, avant d’être importés en Europe, leur permettant ainsi de ne pas payer les droits de douanes. Or, les gouvernements européens, ont du faire face à des pertes de plusieurs centaines de millions d’euros en termes fiscales, du fait de ces pratiques chinoises illégales, se désole EU Pro Sun, un groupement d’entreprises du solaire en Europe.

De son côté, la Commission Européenne souligne qu’une plainte fera l’objet de plusieurs analyses, et qu’une investigation sera lancée « si les conditions légales sont réunies ». Par ailleurs, aucune communication sur l’enquête ne sera possible avant la publication officielle au JO de l’UE. Une enquête permettrait le lancement de mesures anti-dumping et contre les subventions sur les importations de panneaux solaires en provenance de Taïwan et de la Malaisie. Un tiers des industriels chinois du solaire qui n’ont pas signé d’accord amiable subissent, déjà depuis 2013, une taxation équivalent à 47% à titre de dispositifs contre le dumping et les subventions.

Ce dispositif se terminera d’ici fin 2015, mais peut faire l’objet d’une prolongation, précise l’EU Pro Sun.

Ne manquez plus aucune actualité, abonnez-vous à notre newsletter VIP.

PARTAGER SUR