Turquie : une explosion de mine fait plus de 200 victimes

0
197

Une explosion de mine s’est produite en Turquie, le 12 mai dernier au cours de laquelle trois jours de deuil national ont été décrétés. Les recherches sont toujours en cours et le bilan ne cesse de s’alourdir faisant maintenant 282 morts à Soma.

L’effondrement d’une mine de charbon

D’après les premiers témoignages reçus, l’explosion de mine de Soma, en Turquie, a été provoqué par un transformateur électrique, aux environ de 14h30 le 12mai. Cet accident a entraîné l’effondrement de la mine de charbon, bloquant les mineurs dans les galeries souterraines. Selon le gouvernement, 787 mineurs étaient en activité sur les lieux et 363 ont pu être sauvés, 80 autres blessés dont 4 grièvement.

Ce bilan des victimes est pourtant loin d’être exhaustif puisque les recherches sont toujours en cours et les espoirs de trouver des survivants s’amenuisent. Erdem Bakin, le médecin responsable des secours a d’ailleurs fait savoir « On ne va pas au-delà de 100 mètres au fond de la mine, personne ne peut aller jusqu’au bout, c’est impossible car il y a de très grands risques d’asphyxie à cause du gaz. ». Selon le ministre de l’énergie turc, la priorité est d’atteindre les travailleurs sous terre et ajoute « Quatre équipes de sauveteurs travaillent dans la mine. Le feu crée des problèmes mais de l’oxygène est injecté dans les puits qui n’ont pas été touché ».

les familles éplorées attendent que les secours fassent remonter un des leurs

La population s’insurge

Pointé du doigt par les critiques, le premier ministre de la Turquie, Recep Tayyip Erdogan, explique que les accidents de travail sont des choses courantes dans le monde. Mais à l’issue de cette déclaration, il est vivement hué par les habitants de Soma qui lui reprochent d’avoir négligé la sécurité dans le secteur minier. Certains manifestants sont même allés jusqu’à crier « Gouvernement démission ! »

Depuis, un peu partout en Turquie, des manifestants se sont donnés comme mot d’ordre des slogans anti-gouvernementaux. A Istanbul, Ankara et autres grandes villes du pays des protestataires, des membres de syndicats et des étudiants se sont réunis et dans la soirée de mercredi, la confédération des syndicats de la fonction publique (KESK) a fait part de son intention de déclencher un mouvement de grève jeudi pour protester contre « le massacre de Soma ».

la population manifeste contre le premier ministre turc Erdogan

Ne manquez plus aucune actualité, abonnez-vous à notre newsletter VIP.