Top Chef : Xavier Koenig, le jeune prodige de 19 ans a remporté la sixième édition

0
33
xavier

Sorti gagnant de la sixième édition de l’émission culinaire Top Chef, Xavier Koenig, ancien commis de cuisine dans un restaurant en Alsace, a affirmé qu’il a remporté la victoire uniquement grâce à son talent et rien d’autres.

La jeunesse et la créativité ont payé

Dans une interview accordée au Parisien, à l’issue de sa victoire, Xavier Koenig a affirmé qu’en remportant la première place dans ce concours, il est allé bien au-delà de ses espérances. En effet, le jeune homme âgé à peine de 19 ans, avait pour premier objectif d’intégrer Objectif Top Chef. Sélectionné par Jean-François Piège et Philippe Etchebest qui ont trouvé son talent remarquable dans l’émission culinaire Top Chef, le jeune commis s’est facilement intégré dans toute l’équipe et se disait à chaque épreuve que s’il se faisait éjecter, il aurait vécu une belle expérience. Au final, c’est lui qui a remporté la finale, pour sa plus grande joie.

« Tout au long du concours Top Chef, je me disais : « Si je sors aujourd’hui, j’aurais fait un beau parcours. »

Les gens cherchent la petite bête

Quant à la polémique sur l’élimination d’Olivier et le favoritisme dont il aurait fait l’objet auprès des jurés du concours, Xavier Koenig a expliqué qu’il n’en était absolument rien de tout ça. Il a affirmé avoir gagné la partie parce qu’il était juste meilleur que les autres.

« Je n’ai pas volé ma place. J’ai tout donné, jusqu’au bout. Il n’y a rien de truqué ! Les gens cherchent la petite bête… Ce qui a payé, ce sont mes efforts. Philippe Etchebest m’a plusieurs fois présenté comme son « poulain », mais il a toujours été impartial et même, parfois, encore plus dur avec moi. »

Un choix osé

Pour justifier son succès, Xavier Koenig a expliqué qu’il avait opté pour un menu assez osé : du foie gras poêlé avec un bouillon thaï en entrée, du chevreuil en plat principal et un mélange avocat-pamplemousse en dessert. D’ailleurs les chefs étaient unanimes sur ce choix qu’ils ont jugé « culotté ».

« Servir en entrée, pour cent personnes, un foie gras poêlé avec un bouillon thaï, ce n’est pas la facilité. Idem avec le chevreuil en plat principal alors que le gibier ne fait pas l’unanimité. Et en dessert, une association avocat-pamplemousse… Tous les chefs m’ont dit qu’il fallait être très culotté pour faire ça. »

Ne manquez plus aucune actualité, abonnez-vous à notre newsletter VIP.

PARTAGER SUR

J’adore écrire et tout y passe! People, Santé, Actus, High-tech, Insolite, Buzz, Musique et Cinéma…Vous en aurez de toutes les couleurs sur le site grâce à moi ;)