Un virus capable de protéger de la maladie de Parkinson

0
128

De nouvelles recherches menées par les chercheurs de l’Institut National de la santé et de la recherche médicale (Inserm) ont permis de détecter un virus capable de protéger les neurones de la dégénérescence.

Testée chez la souris, il s’agit d’une protéine virale issue du Borna virus, virus responsable des troubles comportementaux chez les animaux. Selon les recherches, ce virus force la survie des neurones pour garantir sa propre survie. Pour ce faire, ce virus produit une protéine X qui s’accumule dans les mitochondries. Cette protéine favorise la survie des neurones.

Pour mettre leur recherche au point, les chercheurs ont réalisé plusieurs expériences pour mettre à l’épreuve leur théorie et comprendre le fonctionnement de cette protéine pour envisager de l’utiliser de manière thérapeutique.

Ils ont ainsi fabriqué un peptide dérivé, le PX3, qui a permis de réduire de 40 à 53% la dégénérescence neuronale de souris testées.

« Pour mimer la maladie de Parkinson nous injectons un agent toxique qui provoque un stress mitochondrial sévère, entraînant la dégénérescence des neurones en trois quatre jours. Or, en administrant le PX3 en même temps, pratiquement la moitié des neurones sont épargnés. Ces résultats ouvrent donc la voie à des nouvelles approches thérapeutiques dans le traitement des maladies neurodégénératives, ciblées sur la protection des mitochondries », conclut Marion Szelechowski, chercheuse au Centre de physiopathologie de Toulouse-Purpan et auteur principale de ces travaux.

Ne manquez plus aucune actualité, abonnez-vous à notre newsletter VIP.