Moldavie : 1 milliard de dollars de crédit a disparu dans la nature

0
47

Le scandale financier sans précédent en Moldavie a été annoncé, lorsque la Banque centrale de Moldavie, s’est rendu compte que trois banques, à savoir la BEM (Banque d’économies), Unibank et la Banque sociale, représentants un tiers des actifs bancaires du pays, ont accordé des crédits, pour un total de 1 milliard de dollars correspondant à 1,5% du PIB.

Cette transaction a été effectuée, quelques jours avant les élections législatives de novembre 2014. Ces élections ont été remportées par les pro-européens, juste devant l’opposition pro-russe.

Aucune identification des récipiendaires des crédits octroyés n’a pu être faite.

Mobilisation générale pour retrouver l’argent disparu

Pour empêcher la faillite potentielle du système bancaire, la Banque Centrale Moldave a mis sous sa gestion directe les trois banques incriminées.

Les trois banques suspectes ont reçu, en parallèle, un crédit d’urgence de 9,4 milliards de lei (700 millions de dollars) à rembourser au 27 mars 2015. Malgré le terme échu, la BNM n’est toujours pas remboursée.

Si Pirkka Tapiola, représentante moldave de l’Union Européenne, ne s’explique pas l’importance du vol commis dans un petit pays, de son côté, Stéphane Bridé, vice-Premier ministre français et ex-expert financier, parle de « transactions suspectes massives ».

Les Procureurs anti-corruption, les parlementaires et les détectives financiers américains sont tous à la recherche du milliard de dollars évaporé. Selon le rapport d’une commission parlementaire moldave, une partie de la somme disparue aurait atterri dans quatre banques russes.

Selon Dimitri Ursu président de la ligue des Banques, la somme perdue ne sera pas récupérée et sera commuée en dette publique, alors que la dette moldave atteint 1,7 milliards de dollars. Dimitri Ursu accuse à la fois la Banque Centrale Moldave et la CNPF (gendarme des marchés financiers) de négligence. Il ajoute à cette liste le CNA (parquet anti-corruption)

Réactions mitigées des autorités moldaves

Même si le vice-gouverneur de la BNM, et le président de la CNPF ont été remerciés, les analystes dénoncent l’inertie des pouvoirs publics, gangrénés par des politiciens influents. Le Parquet général a ouvert une enquête. Deux individus ont été placés en détention provisoire, et des biens ont été mis sous séquestres.

Dans un rapport public, les partenaires de développement de la Moldavie, dont la Banque mondiale, l’UE et les USA ont demandé le montant des pertes de l’Etat, à cause de ce scandale financier. Les pouvoirs publics ont sollicité l’audit de la compagnie américaine Kroll. La monnaie locale, le lei moldave a enregistré une perte de valeur de 42% entre novembre 2014 et février 2015, avant de remonter.

Selon le leader de l’opposition socialiste, Igor Dodon, les fonds perdus ont été transférés dans des compagnies offshores. Les crédits octroyés ne seront jamais récupérés, et cette affaire risque de provoquer la faillite du budget de l’état.

Ne manquez plus aucune actualité, abonnez-vous à notre newsletter VIP.

PARTAGER SUR