Des sanctions en vue pour les acheteurs de cigarettes sur internet

0
39

« Nous allons interdire les achats de tabacs en ligne dans les semaines qui viennent, en assortissant cette interdiction de sanctions pour les acheteurs » déclare Christian Eckert, secrétaire d’Etat au Budget, dans une interview au Figaro et également jeudi, lors du congrès national des buralistes à Paris. Cette annonce a été bien accueillie par les buralistes dont la colère n’est pas pour autant apaisée tant leurs sujets d’irritation sont nombreux. Cette mesure entre dans le cadre de la lutte menée par le gouvernement contre le marché parallèle de tabac notamment sur internet. En effet, au moins 20% des achats de cigarettes en France passent par des réseaux non officiels et échappent aux taxes françaises.

Ecarts de prix importants entre la France et les pays limitrophes

L’augmentation des achats de tabacs sur le marché parallèle est due essentiellement aux tarifs exorbitants des cigarettes en France par rapport à ceux pratiqués dans les pays avoisinants. « Ces tarifs les plus chers de l’Europe continentale » (selon Christian Eckert) poussent les consommateurs à faire des achats illégaux étant donné qu’en France, officiellement, seuls les buralistes peuvent vendre du tabac. De plus, si l’amendement voté par l’Assemblée nationale alignant la fiscalité des cigarillos sur celle des cigarettes est appliqué, la hausse de la taxe entraînera encore une nouvelle hausse des prix, la quatrième en deux ans. Cette hausse va « faire passer le paquet de cigarillos le plus vendu de 7 à 17 euros » selon l’estimation donnée par Pascal Montredon, président de la confédération des buralistes lors de la manifestation, mercredi, devant le Sénat à Paris.

Toutes sortes de sanction pénale attendront les acheteurs récalcitrants

Amende, confiscation de la marchandise, recouvrement de droit… seront utilisés par le gouvernement pour sanctionner les acheteurs de cigarettes sur internet. Pour remonter jusqu’aux acheteurs, Christian Eckert, dans l’interview au Figaro explique « Les textes européens prévoient que les vendeurs s’enregistrent dans chaque pays, ce qui nous permet de mieux les connaître. Nous travaillerons ensuite avec les distributeurs afin de connaître leurs destinataires ».

Les consommateurs de tabacs sont donc prévenus. D’ailleurs, les contrôles aux frontières viennent d’être renforcés, les particuliers ne peuvent plus rapporter que des cigarettes pour leur consommation personnelle soit quatre cartouches au lieu des dix d’auparavant. Côté prix, Christian Eckert dit avoir engagé des discussions avec ses homologues afin d’harmoniser les prix dans les pays européens.

Ne manquez plus aucune actualité, abonnez-vous à notre newsletter VIP.