Roumanie. « L’homme qui mangeait des femmes » relâché par la justice

0
101
L'homme accusé de meurtre et de cannibalisme à l'endroit de sa femme et deux soeurs de celle-ci a été relâché par le tribunal

Pour une enquête qui « prend trop de temps », l’homme qui est accusé d’avoir tué puis mangé sa femme Nicoleta (âgée de 18 ans au moment des faits) et deux sœurs de celle-ci (Luliana et Ramona Lordache) a été libéré de prison, indique le « Daily Mail » ce 15 décembre 2014. Faute de moyen, le pays n’a pas pu placé le suspect sous surveillance électronique et il est désormais totalement libre sans aucune surveillance. Pourtant, les enquêteurs qui travaillent sur l’affaire ont confirmé  que des ossements humains avaient été découverts dans sa cour et qu’il y avait des preuves alléguant que des morceaux des corps des victimes ont été cuits et mangés.

 Tous les faits sont pourtant contre lui

D’une façon mystérieuse, toutes ses victimes, après avoir été vues pour la dernière fois en sa compagnie, disparaissaient l’une après l’autre sans laisser de trace.

Vasile Lavric a épousé Nicoleta en 1993. D’après la mère des trois victimes, il a ensuite trompé sa femme avec une autre de ses filles, Luliana, âgée alors de 18 ans. En 1995, celle-ci avait disparu et son corps n’a jamais été retrouvé. « Je l’ai vue pour la dernière fois monter dans la camionnette de Vasile et après, je ne l’ai plus revu », raconte sa mère. Malgré les soupçons de ses parents, Lavric n’a jamais été inquiété et il restait avec Nicoleta.

En 1999, il aurait commencé une liaison avec la plus jeune sœur de sa femme, Ramona, âgée seulement de 13 ans et avec qui, il a eu un fils. Niant les accusations de viols, Lavric a admis avoir eu une relation avec elle. «Elle flirtait avec moi. Nous étions à une fête, nous avons bu de la vodka et de la bière, nous nous sommes éloignés de ma femme pour aller acheter plus d’alcool. Et puis Ramona est venue dans ma chambre, a enlevé mon pantalon et m’a poussé dans le lit. Je ne me rappelle pas du reste», a-t-il affirmé, d’après toujours « Daily Mail ».

Fait étonnant, en 2005, sa femme Nicoleta a également disparu sans laisser de trace. D’après le rapport de la police citée par les médias locaux, un témoin a déclaré l’avoir vue, avant sa disparition, monter dans la voiture de Lavric. Interrogé sur ce fait, le suspect a affirmé que jalouse de sa sœur Ramona, Nicoleta avait décidé de partir.

A ses 19 ans, Ramona s’est finalement installée avec Lavric mais deux mois plus tard, elle a également disparu.

Relâché pour une enquête bâclée qui traîne en longueur

Bien que tous les faits soient contre lui, la police n’est jamais parvenue à réunir assez de preuves contre Vasile Lavric puisque les corps n’ont pas encore été retrouvés. L’enquête n’a vraiment commencé que lorsqu’une équipe spéciale a été constituée, en avril dernier. Il a été alors arrêté et placé en détention mais huit mois plus tard la justice a été contrainte de le libérer.

Comme le droit roumain le lui permet, le suspect a demandé qu’il soit libéré en attendant son procès sous prétexte que son emprisonnement risquait d’entraîner la faillite de son garage.

«Nous avons fait une grosse erreur. Malgré les éléments contre lui, cela nous a pris trop de temps pour tout réunir et le faire arrêter. C’est fou qu’un homme que tout accuse soit autorisé à marcher libre dans la rue …. Mais c’est ce qui arrive quand un cas n’avance pas assez vite. Je crois que jamais l’Union Européenne n’a pensé aux pays pauvres, lorsqu’elle a mis en place le système des bracelets électroniques», regrette un policier roumain dans le quotidien anglais.

Ne manquez plus aucune actualité, abonnez-vous à notre newsletter VIP.