Le module Philae s’est posé sans encombre sur la comète « Tchouri »

0
50

Ce mercredi 12 novembre restera dans les mémoires, après 7 heures d’attente l’agence spatiale européenne a réussi son pari : poser un robot d’exploration à la surface d’une comète qui se déplace à plus de 65 000 km/h

C’était un pari fou et une première mondiale, mais l’Europe l’a finalement gagné. Après plus de 10 ans de voyage dans l’espace, la sonde Rosetta s’est donc séparé de son module Philae qui a été largué à 20 km de la surface de la comète Tchourioumov-Guérassimenko. Il a alors commencé une chute libre qui a duré près de 7 heures avant d’atteindre la surface de la comète. A 17 h, heure française Andrea Accomazzo, le directeur de vol de la mission Rosetta l’a annoncé : « Nous sommes sur la comète 67P/Tchourioumov-Guérassimenko », ajoutant qu’ils étaient très heureux.

L’Agence spatiale européenne (ESA) a indiqué que l’atterrissage s’est fait « en douceur » et son directeur général, Jean-Jacques Dordain a déclaré : « C’est un grand pas pour la civilisation humaine » ajoutant : « Nous sommes les premiers à l’avoir fait et c’est cela qui restera pour toujours ». Rappelons que la mission Rosetta avait pour but d’analyser cette comète qui est âgée de 4,5 milliards d’années. Equipé de foreuse, appareils photos et autres scanners, Philae est chargé de récolter des informations qui lèveront peut-être le voile sur nos origines.

C’est ce qui s’appelle tirer des plans sur la comète, mais avec panache !

Ne manquez plus aucune actualité, abonnez-vous à notre newsletter VIP.