Argentine : la découverte d’un repaire nazi dans la jungle, souvenir troublant laissé par le IIIe Reich.

0
28

Selon les explications de David Schavelzon, au journal « Clarin », en cas de défaite, à l’issue de la Seconde Guerre Mondiale, le IIIè Reich projetait de construire des abris, pour ses hauts responsables, sur des sites difficiles d’accès. Des sites tels les déserts, les zones montagneuses escarpées ou la jungle. Leur utilisation n’a pas été nécessaire, car avec l’accord du président Juan Peron, qui a régné en Argentine de 1946 à 1955, des milliers de nazis et autres fascistes italiens et croates, ont pu s’installer, sans inquiétude, en Argentine, après la guerre.

L’histoire de ces abris est resté au stade de souvenir, voire de légende, jusqu’à la découverte récente, par des archéologues, d’un ancien refuge d’accueil de nazis en perdition.

Une équipe de chercheurs dirigée par Daniel Schavelzon, a mis au jour de nombreuses ruines de bâtiments en pierre, actuellement recouverts de végétation et extrêmement difficiles d’accès, sur le site de Teyu Cuare. Les recherches ont duré plusieurs mois dans cette région située au nord de l’Argentine, à proximité de la frontière du Paraguay.

Selon les habitants dans cette forêt de Teyu Cuare se trouverait la résidence de Martin Bormann, ex-bras droit d’Hitler, qui s’est suicidé en mai 1945. Les murs de ce repaire sont décorés par des symboles nazis, des pièces de monnaie allemande de la fin des années 1930, et des objets en porcelaine portant l’inscription « fabriqué en Allemagne ».

Selon les chercheurs, ils sont convaincus de la véracité des objets découverts, même si les conclusions sont encore provisoires.

Ne manquez plus aucune actualité, abonnez-vous à notre newsletter VIP.

PARTAGER SUR