Adoption de la loi sur le renseignement au Canada, suite aux récents attentats

0
7

A l’instar de la France, le Canada opte pour l’adoption d’une loi sur le renseignement. Le Parlement Canadien a voté le mercredi 6 mai , un texte de loi C-51, qui octroie des pouvoirs étendus aux services secrets. Les services de renseignement auront toute latitude pour le contrôle d’Internet, et pour pratiquer l’espionnage à l’étranger.

La loi C-51 rend illicite la promotion du terrorisme, facilite l’interpellation et l’incarcération en préventive de suspects, autorise « la perturbation des actions présumés des terroristes », et rend également illégal « l’encouragement à commettre un acte terroriste ».

La loi a été votée malgré de vives controverses, émanant des opposants à « une surveillance de masse d’internet », et des néo-démocrates dénonçant « une protection de la vie privée », dont les amendements n’ont pas été adoptés.

Ce texte de loi fait suite aux deux attentats islamiques de l’automne 2014, au cours duquel, deux militaires ont trouvé la mort au Québec, et au Parlement d’Ottawa.

Cette loi facilitant l’action du Service canadien du renseignement de sécurité (SCRS), a été adoptée par 183 députés contre 96. Le Sénat, composé majoritairement par les membres conservateurs favorables, au Premier ministre Stephen Harper, ainsi qu’un parti de l’opposition, opteront certainement, pour une adoption de la loi sur le renseignement C-51.

Ne manquez plus aucune actualité, abonnez-vous à notre newsletter VIP.

PARTAGER SUR