Des chercheurs Autrichiens ont mis au point une main bionique insensible mais fonctionnelle telle une main greffée

0
19

Des chercheurs de l’Université de Vienne ont réussi à mettre au point une main bionique capable de recevoir une transmission complète du signal neurologique telle une main greffée.

Testée efficacement sur trois patients

Dirigée par le professeur Oskar Azmann, cette recherche a été menée auprès de trois patients autrichiens, entre le mois d’avril 2011 et le mois de mai 2014. Victimes de graves accidents endommageant leur plexus brachial – réseau de nerfs sis au niveau du cou et à l’origine des commandes du mouvement des membres supérieurs, ces trois Autrichiens ont définitivement perdu l’usage de leurs mains. Grâce à l’implantation d’une main bionique, ils en ont retrouvé l’usage complet et ne risque pas d’être à nouveau amputé comme pour le cas d’une greffe de la main. Une main bionique ne peut toutefois ressentir aucune sensation car il s’agit d’un composant plastique.

« Dans le cas de la perte d’une seule main, je pense que la reconstruction bionique a plus de bénéfices, parce qu’elle n’a aucun effet secondaire et que la qualité de la fonction récupérée est presque aussi bonne qu’avec une greffe…Il n’y a pas de sensibilité, ce n’est pas de la chair et du sang, mais du plastique et des composants. Mais du point de vue fonctionnel, c’est comparable à la greffe. »

Comment ça marche ?

L’équipe du professeur Azmann a mis au point une technique de transmission complète du signal neurologique jusqu’à la main biologique. Pour ce faire, le scientifique prélève des muscles dans les cuisses des patients pour ensuite les greffer dans les avants bras. Il prélève également des nerfs qui proviennent d’une autre zone de la moelle épinière que le plexus brachial. Ce sont ensuite ces muscles qui envoient des impulsions électriques auxquelles la main bionique, dotée de capteurs, réagit.

Le professeur Azmann d’expliquer :

« La main est très loin du cerveau. Cela représente plus d’un mètre de régénération des nerfs. La seconde difficulté, c’est que la main elle-même a besoin d’un grand nombre de signaux envoyés par les nerfs pour faire ce qu’elle peut faire…Jusqu’à présent, la reconstruction bionique n’a été pratiquée que dans notre centre de Vienne. Néanmoins, il n’y a pas de limitations techniques ou chirurgicales qui empêcheraient la procédure de se faire dans des centres avec des ressources et une expertise similaire. »

Ne manquez plus aucune actualité, abonnez-vous à notre newsletter VIP.