RDC, le bilan: 300 morts dans la répression de décembre

0
215

La RDC a connu une période sanglante le 30 décembre dernier, avec des prises d’otages et des fusillades à Kinshasa, Lubumbashi et d’autres provinces. D’après un bilan d’une ONG locales, environ 300 personnes y ont trouvés la mort.

Un rappel des faits

Les faits se sont produits le 30 décembre 2013 en RDC quand des journalistes de la radio-télévision nationale congolaise ont été pris en otage à Kinshasa. Les retombées de cette prise d’otages sont multiples puisque des tirs ont été échangés un peu partout dans le pays entre les dissidents et les forces armées. Notamment à l’aéroport de Ndjili, à l’état-major général de Kinshasa, a Lubumbashi et à Kindu, faisant ainsi de nombreuses victimes. L’origine des attaques n’ont pas été clairement établis étant donné que le gouvernement accusait les partisans du pasteur Joseph Mukungubila Mutombo et le pasteur, lui s’en prenait aux autorités.

Le bilan de cette journée est macabre puisque d’après une ONG locale, il s’élève à environ 300 morts.

environ 300 personnes ont péri le 30 décembre 2013 en RDC

300 morts, surtout des civils

Avec la participation de la fédération internationale des droits de l’homme, une ONG locale de la RDC a fait connaître, jeudi, les dégâts provoqués par la répression des attaques du 30 décembre. Me Sylvain Lumu, le secrétaire éxecutif de la ligue des électeurs a déclaré que les pertes civiles s’élevaient à plus de 250 civils et 6 militaires dans la province de Katanga ainsi que 71 civils à Kinshasa. Sur la version officielle, par contre, on ne fait état que de « 103 morts dont 95 terroristes assaillants et 8 soldats ».

massacre au RDC

Ne manquez plus aucune actualité, abonnez-vous à notre newsletter VIP.