28 produits d’hygiène et de soin pour bébés sur les 52 testés sont à risques

Nos bébés sont-ils en danger ?

1
12543

Plus de la moitié des produits d’hygiène et de soin pour bébé dont les formules ont été contrôlées par l’association « 60 millions de consommateurs » dans le cadre d’une enquête présentent des dangers pour nos bébés.

Les dangers proviennent entre autres des conservateurs contenus dans ces produits.

Près de la moitié des lingettes, crèmes hydratantes, laits nettoyants ou eaux micellaires que nous utilisons habituellement pour la toilette de nos bouts de choux peuvent contenir du propylparaben, phénoxyéthanol, méthylisothiazolinone… utilisés comme agent conservateur dans ces produits, selon une enquête signée « 60 millions de consommateurs ». Si le phénoxyéthanol et le méthylisothiazolinone sont allergisants et peuvent déclencher de l’urticaire ou de l’eczéma chez certains nourrissons, le propylparaben a la réputation d’être un perturbateur du système endocrinien. Ces composants chimiques ont été constatés dans un sur deux des 52 produits testés par « 60 millions de consommateurs ». Pourtant, leur utilisation a déjà été dénoncée par l’ANSM  (Agence Nationale de Sécurité du Médicament) et/ou est en passe d’être interdite.

Grande marque ne signifie pas forcément « bon produit »

bébéEh oui, bien que l’on ne s’y attendait pas, dans la liste des produits à proscrire figure des produits de grande marque largement utilisés par les mamans du monde entier : lingettes Pampers et Mixa Bébé, eau nettoyante Biolane, les laits nettoyants Mixa Bébé, Poupina, Carrefour Baby, Auchan Baby ou crèmes hydratantes Bébé Cadum, Nivea Baby, Pommette, Corine de Farme, Prim’âge. Effectivement, l’achat d’un produit de grande marque ne constitue pas une garantie sur la qualité du dit produit.

Apprenez à lire les étiquettes

Ne nous fions plus aux indications du genre « sans parabens »ou « Hypoallergénique » qui peuvent nous induire en erreur. Prenons l’habitude de bien décortiquer l’étiquette de chaque produit. Les substances nocives pour nos bébés peuvent s’y cacher sous d’autres appellations. A titre d’exemple, le phénoxyéthanol peut y être trouvé sous l’appellation « phénoxyéthanol », « phénoxytol » ou sous l’acronyme « EGPhe ». Il arrive en effet que les fabricants se servent des appellations scientifiques pour ne pas mentionner des noms largement reconnus par les consommateurs.

Consultez la liste des produits testés et le résultat des tests par degré de nocivité.

Ne manquez plus aucune actualité, abonnez-vous à notre newsletter VIP.

  • Ahmed

    C’est pas parce que la molécule est inscrit dans la liste des ingrédients que le produit est dangereux pour autant (pour ça il faudrait faire une étude, pas simplement lire la liste des ingrédients), et c’est pas parce qu’elle est présente que le produit n’est pas de qualité…