Prise d’otages à Sydney : 5 personnes échappées du café, 4 bombes posées en divers endroits de la ville

0
64
talibans

Un nombre indéterminé de personnes sont retenues  depuis dimanche 23H45 par un homme armé dans un café au cœur de la ville de Sydney. Cinq d’entre elles sont parvenues à s’enfuir de l’établissement. Trois hommes sont d’abord sortis du café à la hâte en passant par une porte latérale. Peu de temps après, deux femmes sont sorties en courant du café. On ignore encore si ces cinq personnes ont été libérées par leur ravisseur ou si elles s’étaient échappées du café.

«La première chose que nous allons faire, c’est de vérifier qu’elles vont bien» a annoncé Catherine Burn, la chef adjointe de la police de l’Etat de Nouvelle-Galles du Sud. «Nous allons travailler avec ces personnes pour obtenir davantage d’informations. Nous n’avons aucune information laissant penser que quelqu’un ait été blessé à ce stade», a-t-elle ajouté.

Un événement lié au terrorisme ?

Sur un drapeau noir plaqué par des otages sur une fenêtre de l’établissement serait inscrit en arabe la shahada, une profession de foi musulmane : « Il n’y a de Dieu qu’Allah et Mahomet est son prophète ».

« Nous n’avons pas encore confirmé qu’il s’agit un événement lié au terrorisme », a précisé Andrew Sciptione, chef de la police de l’Etat de Nouvelle-Galles du Sud.  Les négociateurs de la police «sont en contact» avec le preneur d’otages mais ce dernier n’a pas encore révélé ses motivations.

Channel Ten, dans un tweet, a évoqué qu’elle s’est entretenue avec deux otages retenues à l’intérieur du café. D’après ces deux otages, le ravisseur « veut qu’on lui apporte directement dans le café le drapeau de l’Etat Islamique. Sa seconde exigence, c’est de parler au Premier ministre. » Les deux personnes ont également évoqué la présence de quatre bombes posées en divers endroit de la ville : « deux au Lindt Cafe et deux autres ailleurs dans le quartier d’affaires de Sydney« , a ajouté la télévision

prise-dotages-sydney-australie-directDepuis que l’Australie s’est engagée aux côtés des Etats-Unis dans la lutte contre l’organisation Etat Islamique, elle a du relevé en septembre son niveau d’alerte face à la menace terroriste.

Le premier ministre australien, Tony Abbott, a convoqué en réunion d’urgence son gouvernement et les conseillers chargés des questions de sécurité afin de faire face à la situation.

Martin Place évacué et de nombreux commerces fermés

Martin Place, situé dans un quartier d’affaires de Sydney, abrite de nombreuses administrations à l’instar des bureaux du Premier ministre de l’Etat de Nouvelle-Galles du Sud, Mike Baird et le siège de la banque centrale. Suite à l’alerte, la place a été évacuée et de nombreux policiers armés encerclent le Lindt Chocolate Café où les personnes sont retenues en otage.

De nombreux commerçants ont également fermés leurs portes. Les rues, habituellement très populaires, sont désertes.

D’après la police, le nombre des personnes prises en otages est inférieur à 30. Les médias locaux, de leur côté, ont évoqué un nombre plus élevé : jusqu’à une cinquantaine d’otages. Patrick Byrne, producteur de la chaîne de télévision Channel Seven, dont le bureau se trouve en face du café, a été témoin du déroulement de la prise d’otage. «Nous nous sommes précipités à la fenêtre et nous avons eu la vision choquante et glaçante de personnes plaçant leurs mains levées contre les vitres du café», a-t-il rapporté à l’Australian Broadcasting Corporation.

Des attentats en préparation ?

Selon un communiqué, peu avant l’annonce de la prise d’otages, la police avait arrêté un jeune homme de 25 ans dans le cadre d’« investigations en cours sur la préparation d’un attentat sur le territoire australien et l’aide au voyage de citoyens australiens vers la Syrie pour participer à des activités armées ». Au même moment, la police avait également évacué l’Opéra de Sydney suite à une alerte au colis suspect.

D’après les estimations, plus de 70 Australiens avaient rallié les rangs de l’Etat Islamique en Syrie et en Irak et au moins 20 Australiens y ont perdu la vie. Les autorités australiennes craignent que le nombre de jeunes australiens radicalisés augmentent davantage et qu’ils ne commettent des attentats en Australie.

Ne manquez plus aucune actualité, abonnez-vous à notre newsletter VIP.